En mai, le nouveau modèle Audi était déjà promis à l'usine de Forest. Mi-octobre, la promesse fut réitérée: on parlait de simple formalité, la décision devant être ratifiée mi-novembre. Mais fin 2015, il n'y avait toujours pas de fumée blanche émanant des cheminées de l'usine de Forest. La confirmation n'est toujours pas arrivée concernant la production d'un nouveau modèle, impactant les 2.600 travailleurs de l'usine. Le Dieselgate et le logiciel truqueur du groupe VW mettent évidemment des bâtons dans les roues.
...

En mai, le nouveau modèle Audi était déjà promis à l'usine de Forest. Mi-octobre, la promesse fut réitérée: on parlait de simple formalité, la décision devant être ratifiée mi-novembre. Mais fin 2015, il n'y avait toujours pas de fumée blanche émanant des cheminées de l'usine de Forest. La confirmation n'est toujours pas arrivée concernant la production d'un nouveau modèle, impactant les 2.600 travailleurs de l'usine. Le Dieselgate et le logiciel truqueur du groupe VW mettent évidemment des bâtons dans les roues.À l'usine, le modèle Audi A1 continue imperturbablement à être produit. On attend visiblement le bon moment pour l'annonce de son successeur. Peut-être le Salon de l'auto au Heysel, qui démarre ce mardi ? "La décision n'est pas encore tombée", communiquait récemment Andreas Cremer, secrétaire général d'Audi Brussels.La voiture dont il est question pour Forest est un modèle de SUV électrique. L'Audi 'e-tron quattro', ou Q6, a été présentée mi-septembre au salon de Francfort (L'Audi Q6 E-tron, une anti-Tesla bientôt produite en Belgique ?). Elle arrivera sur le marché en 2019, ce qui fait d'elle la première voiture électrique du constructeur automobile allemand de marque premium. La Q6 se positionne comme un concurrent direct au modèle SUV de Tesla, elle possède une autonomie de 500 kilomètres et une batterie rechargeable en une demi-heure.Très innovant, donc passionnant. C'est pourquoi Forest attend le nouveau modèle avec impatience. L'usine a l'expérience dans la fabrication de nouveaux modèles. Le modèle actuel, l'Audi A1, était également un nouveau venu sur le marché lors de son lancement en 2010. Une voiture citadine et compacte, le plus petit modèle d'Audi. Il a été bien accueilli, mais l'A1 a atteint le sommet de son cycle de vie. 2012 était une année record, avec 122.843 exemplaires produits. En 2015, l'usine a assemblé un peu plus de 115.000 voitures.Il y aura indubitablement moins de Q6 qui sortiront de la chaîne de montage. La Q6 est une voiture plus grande, également beaucoup plus complexe. L'investissement dans la ligne de production du nouveau modèle s'élèverait à 600 millions d'euros. Différentes autorités ont déjà promis des aides financières de l'ordre de 130 millions d'euros: via le tax shift, d'autres réductions de charges et un soutien à la formation pour le recyclage des travailleurs.La situation chez Volvo Cars à Gand est plus claire. 2015 a été marquée par un investissement de 200 millions d'euros. Dorénavant, il n'y aura plus que les plus petits modèles de Volvo qui y seront produits, les successeurs de la V40 actuelle. Ce modèle est pour l'heure assemblé à Gand et est, après la XC60 (qui sort également des lignes de production gantoises), le modèle le plus vendu. En 2015, 252.000 voitures sont sorties des chaînes de montage, soit 4% de moins qu'au cours de l'année record de 2014.Cette baisse est la conséquence immédiate du déplacement de la production de la XC60 pour le marché chinois vers une usine en Chine. "Cette production est beaucoup plus importante que ce qui avait été initialement planifié, grâce à la bonne tenue des ventes", a dit le porte-parole Mark De Mey.Car les choses vont bien pour le groupe automobile sino-suédois. De janvier à fin novembre, Volvo Cars avait vendu 441.002 voitures, soit un bon 5% de plus qu'à la même période de 2014. Et l'objectif demeure 800.000 voitures aux alentours de 2019. Dans cette optique, Gand se trouve dans une situation confortable. Cependant, 2016 et 2017 seront des années de transition, au cours desquelles l'entreprise devra s'adapter à la production des nouveaux modèles. Cela signifie aussi des périodes de chômage économique pour les 4.500 travailleurs.