Deux des trois plaignants ayant introduit une action avec constitution de partie civile, se sont fait connaître lors de l'assemblée à Anvers. Selon eux, deux juges d'instruction bruxellois, un néerlandophone et un francophone, ont été chargés de l'affaire. Le président de Nyrstar, Martyn Konig, a indiqué ne pas être au courant de telles procédures.

Les deux personnes ont introduit leur action fin juin. Elles sont actionnaires depuis longtemps de Nyrstar et ont vu leur placement fondre de dizaines de milliers d'euros chacun. Elles estiment qu'il y a eu manipulation des cours et mauvaise gestion dans le chef de Nyrstar. "Une entreprise qui valait 1,6 milliard d'euros est finalement vendue à un euro à Trafigura", commente-t-on.

La constitution de partie civile passe par la désignation d'un juge d'instruction. Les actionnaires espèrent obtenir une condamnation et peut-être un dédommagement.

Une centaine d'actionnaires de Nyrstar avaient déjà préparé des démarches juridiques afin de faire capoter le deal avec Trafigura ou d'exiger un gros dédommagement. Ce groupe d'actionnaires a fait appel aux avocats Laurent Arnauts et Robert Wtterwulghe, du bureau WATT Legal. L'objectif est d'introduire une procédure collective devant le tribunal de l'entreprise. Le montant réclamé est de 1,5 milliard d'euros.