La société liégeoise Asit Biotech vient de le rappeler douloureusement : des résultats cliniques décevants ont entraîné une dégelée boursière qui laisse planer de sérieux doutes quant à la pérennité de l'entreprise.

Asit Biotech développe un traitement d'immunothérapie contre les allergies aux pollens de graminées. Le processus en était à la phase III, la dernière avant la mise sur le marché. Les essais auprès de 650 patients européens ont montré que le produit n'était pas aussi efficace qu'on l'espérait. D'où une sanction boursière immédiate dont il n'est pas certain que l'entreprise pourra se relever. " Au 24 novembre 2019, la société disposait d'une trésorerie de 3,8 millions d'euros, a commenté le directeur général Michel Baijot. Nous analyserons les données plus en détail, évaluerons les meilleures options pour la société et communiquerons avant la fin de l'année. "

Les équipes d'Asit Biotech (26 personnes) planchent aussi sur deux autres traitements, contre les allergies aux arachi-des et aux acariens. Est-ce suffisant pour que l'entreprise rebondisse ? Le doute est permis car, d'une part, nous sommes ici encore au début du développement et, d'autre part, ces traitements reposent sur la même plateforme que celle contre les allergies au pollen. En outre, on voit mal Asit Biotech faire appel au marché pour financer de nouvelles recherches. L'an dernier, la société, dont les deux tiers de l'actionnariat sont flottants, avait déjà subi les récriminations de Deminor, qui fédère les petits actionnaires et regrettait les trop fréquents appels au marché qui diluent les participations. En 2018, Asit Biotech avait collecté 27 millions. Cet été, un placement privé d'obligations convertibles avait généré un peu plus de 9 millions d'euros.

7 euros

Lors de l'IPO en 2016, le titre valait 7 euros. En début de semaine, il était en dessous des 50 centimes.