Leur rencontre au milieu des années 2000 a été l'élément déclencheur. Le développement de leur amitié autour de leur passion commune pour l'art a fait le reste. Il y a trois ans, Stéphane Pignolet, antiquaire, et Olivier Libois, administrateur d'une entreprise de restauration de bateaux anciens, ont décidé de se pencher sérieusement sur la création d'une plateforme de vente en ligne d'objets d'art. " Comme je connaissais assez bien le réseau, je savais qu'il y avait un marché à prendre, assure Stéphane Pignolet. La plupart des sites existants sont en effet très ciblés, assez restrictifs ( par exemple, exclusivement réservés aux marchands anglais ou à...

Leur rencontre au milieu des années 2000 a été l'élément déclencheur. Le développement de leur amitié autour de leur passion commune pour l'art a fait le reste. Il y a trois ans, Stéphane Pignolet, antiquaire, et Olivier Libois, administrateur d'une entreprise de restauration de bateaux anciens, ont décidé de se pencher sérieusement sur la création d'une plateforme de vente en ligne d'objets d'art. " Comme je connaissais assez bien le réseau, je savais qu'il y avait un marché à prendre, assure Stéphane Pignolet. La plupart des sites existants sont en effet très ciblés, assez restrictifs ( par exemple, exclusivement réservés aux marchands anglais ou à certains types d'objets, Ndlr) et surtout très chers à l'inscription et au niveau du commissionnement, qui peut monter jusqu'à 28% du prix de vente. " Les deux hommes ont donc réalisé une étude de marché de plusieurs mois pour récolter des informations sur leurs futurs concurrents. Ils ont fini par rassembler ce qui fonctionne le mieux chez chacun d'entre eux. Le résultat est inédit en Belgique : Arta Plaza démocratise l'accueil des marchands et des particuliers pour la vente et l'achat en ligne d'objets d'art en tout genre. Le tout sans prendre aucune commission. Le principe est simple : le vendeur s'inscrit gratuitement avant de choisir une formule d'abonnement. Le prix d'une annonce revient à 30 euros pour six mois de visibilité, mais tombe à 7,5 euros pour un abonnement de 300 annonces, idéal pour les marchands professionnels. Il n'y a pas d'autres frais. " Chaque annonce dispose d'une fiche infos à remplir : titre de l'oeuvre, artiste, année de fabrication, etc., précise Stéphane Pignolet. Tout est prédigéré. Si un client a des doutes, il peut être guidé par des critères de plus en plus précis. Nous expertisons ensuite l'annonce et décidons ou non de l'accepter. "Antiquaire généraliste, Stéphane Pignolet s'acquitte pour le moment de cette tâche. Dans le futur, d'autres spécialistes en argenterie, art tribal, design, déco, etc., seront amenés à rejoindre l'équipe. " Beaucoup de collectionneurs concèdent aller sur eBay pour faire leurs achats, glisse Olivier Libois. Pourtant, ce site propose aussi bien des oeuvres d'art que des tondeuses, ce qui n'est pas rassurant quant à la qualité. Au contraire d'eBay, nous avons cette expertise. " Le prix de l'oeuvre est fixé ou à discuter. Une fois qu'un acheteur potentiel se montre intéressé, il reçoit les coordonnées du vendeur et s'arrange avec lui. Tout se passe indépendamment du site. " On n'intervient pas dans les discussions, dans l'envoi ou dans les garanties, souligne Olivier Libois. On peut offrir des services de consultance, mais on est surtout une plateforme, un intermédiaire. " Depuis l'ouverture du site au début du mois de février 2019, les visites sont en constante augmentation. Actuellement, leur nombre varie entre 50 et 100 par jour. " Les annonces et demandes viennent aussi de pays étrangers comme la France et la Suisse ", avance Olivier Libois. Le site est disponible en français, néerlandais et anglais et les deux associés hésitent encore entre l'allemand, l'espagnol et le mandarin pour la prochaine version.