Cette hausse de 10%, le maximum autorisé, a permis à l'entreprise d'atteindre brièvement une valorisation de 2.000 milliards de dollars (1.795 milliards d'euros), le montant longtemps espéré par le prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume à l'origine de cette opération inédite.

En introduisant en Bourse 1,5% de son capital, Aramco a réalisé la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire mercredi et est devenu la plus importante société cotée du monde.

Lors de sa première séance mercredi, l'action Aramco avait observé une hausse de 10%, passant de 32 riyals (7,66 euros, prix initial) à 35,2 riyals (8,43 euros) et portant la valorisation de l'entreprise à 1.880 milliards de dollars (1.687 milliards d'euros).

Vingt minutes après le début des échanges jeudi, l'action Aramco se négociait à 37,10 riyals (8,88 euros), en hausse de 5,3%. La Bourse de Ryad ferme à 12H00 GMT.

Longtemps retardée, l'introduction en Bourse du fleuron saoudien de l'or noir s'inscrit dans un plan de réformes économiques et sociales destiné à sortir l'économie du royaume de sa forte dépendance à l'exportation de brut.

Cette hausse de 10%, le maximum autorisé, a permis à l'entreprise d'atteindre brièvement une valorisation de 2.000 milliards de dollars (1.795 milliards d'euros), le montant longtemps espéré par le prince héritier Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume à l'origine de cette opération inédite.En introduisant en Bourse 1,5% de son capital, Aramco a réalisé la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire mercredi et est devenu la plus importante société cotée du monde.Lors de sa première séance mercredi, l'action Aramco avait observé une hausse de 10%, passant de 32 riyals (7,66 euros, prix initial) à 35,2 riyals (8,43 euros) et portant la valorisation de l'entreprise à 1.880 milliards de dollars (1.687 milliards d'euros).Vingt minutes après le début des échanges jeudi, l'action Aramco se négociait à 37,10 riyals (8,88 euros), en hausse de 5,3%. La Bourse de Ryad ferme à 12H00 GMT.Longtemps retardée, l'introduction en Bourse du fleuron saoudien de l'or noir s'inscrit dans un plan de réformes économiques et sociales destiné à sortir l'économie du royaume de sa forte dépendance à l'exportation de brut.