KLP, qui gère quelque 80 milliards de dollars d'actifs, a vendu ses parts dans environ 90 entreprises qui tirent plus de 5% de leur chiffre d'affaires de la production d'alcool ou des paris. Ces actifs ont pesé jusqu'à 3 milliards de couronnes (320 millions de dollars) du portefeuille du groupe.

"La consommation responsable d'alcool et le jeu peuvent être des éléments positifs dans la vie des gens", a indiqué le patron de KLP, Sverre Thornes. "Nous reconnaissons toutefois que la dépendance à l'alcool et au jeu a d'importantes conséquences négatives pour les individus et leurs proches, ainsi que des coûts élevés pour la société", a-t-il ajouté dans un communiqué.

La décision affecte des grands noms tels que les brasseurs Carlsberg, Heineken et Royal Unibrew, ou les groupes de spiritueux Diageo, Pernod Ricard, Rémy Cointreau et Moët Hennessy, branche vins et spiritueux du géant du luxe LVMH. Sont aussi concernés de gros groupes de paris en ligne comme William Hill ou Betsson. La pornographie est déjà bannie de l'univers d'investissement du fonds.

KLP, qui gère quelque 80 milliards de dollars d'actifs, a vendu ses parts dans environ 90 entreprises qui tirent plus de 5% de leur chiffre d'affaires de la production d'alcool ou des paris. Ces actifs ont pesé jusqu'à 3 milliards de couronnes (320 millions de dollars) du portefeuille du groupe. "La consommation responsable d'alcool et le jeu peuvent être des éléments positifs dans la vie des gens", a indiqué le patron de KLP, Sverre Thornes. "Nous reconnaissons toutefois que la dépendance à l'alcool et au jeu a d'importantes conséquences négatives pour les individus et leurs proches, ainsi que des coûts élevés pour la société", a-t-il ajouté dans un communiqué. La décision affecte des grands noms tels que les brasseurs Carlsberg, Heineken et Royal Unibrew, ou les groupes de spiritueux Diageo, Pernod Ricard, Rémy Cointreau et Moët Hennessy, branche vins et spiritueux du géant du luxe LVMH. Sont aussi concernés de gros groupes de paris en ligne comme William Hill ou Betsson. La pornographie est déjà bannie de l'univers d'investissement du fonds.