Mi-décembre, Proximus avait déjà annoncé le renouvellement de son contrat avec la VRT. La RTBF en a à présent fait de même et renforcé sa collaboration avec l'opérateur pour la distribution des chaînes et des contenus de celle-ci sur Pickx. Les deux partenaires entendent ainsi répondre à l'évolution des modes de consommation des médias et renforcer l'écosystème audiovisuel belge en général, expliquent-ils.

L'accord prévoit notamment la mise en évidence de la production belge, le renouvellement de la diffusion des quatre chaînes TV (La Une, La Deux, La Trois et Arte Belgique) et six radios (La Première, Vivacité, Pure FM, Musiq'3, Classic 21 et RTBF International) et l'accès à la plateforme Auvio depuis Pickx sur le futur décodeur V7, qui sortira dans la première moitié de 2020 (des tests sont en cours et l'opérateur entend aboutir à un produit "parfaitement fini", NDLR).

"Il ne ressort rien de spécial de cet accord", a commenté mardi l'administrateur délégué de Proximus Guillaume Boutin lors d'une rencontre informelle avec la presse. "Il en va plutôt d'une meilleure compréhension de leur part de notre stratégie de présentation des contenus (donner le choix au client, valoriser les contenus locaux, favoriser la diffusion en direct et publicité adressée/ciblée pour générer de nouvelles sources de contenus) et de notre volonté de privilégier l'écosystème local. Nous avons convaincu la RTBF du bien-fondé rationnel de notre stratégie. Il ne peut être question d'un Proximus performant sans des 'broadcasters' qui le sont également."

En juin dernier, les quatre grands diffuseurs (VRT, RTBF, RTL et DPG Media, maison-mère de VTM) avaient manifesté leur mécontentement par rapport à la nouvelle offre de télévision digitale de Proximus. Ils n'avaient alors pas apprécié que l'opérateur la modernise en profondeur sans qu'ils y aient donné leur consentement préalable. Pickx prévoit en effet un découpage des contenus, segmentant de la sorte une offre linéaire (et l'intégrité des contenus des diffuseurs) en une offre non linéaire, à la demande, se plaignaient-ils à l'époque.

Depuis lors, des négociations entre les différentes parties ont eu lieu et ont donc abouti à un accord de "coopération renouvelée" pour la RTBF et la VRT. "Les diffuseurs comprennent que nous ne sommes en aucun cas contre eux. On ne peut se passer d'eux. On a des intérêts communs", a appuyé Guillaume Boutin.

Les discussions se poursuivent avec RTL et DPG Media, indique-t-on encore chez Proximus. "On va trouver un accord. Les discussions sont constructives", commente l'administrateur délégué de Proximus. "Les négociations se déroulent au regard du contrat historique qui nous lie avec Proximus et celles-ci sont toujours en cours", confie-t-on du côté de RTL Belgium.

Mi-décembre, Proximus avait déjà annoncé le renouvellement de son contrat avec la VRT. La RTBF en a à présent fait de même et renforcé sa collaboration avec l'opérateur pour la distribution des chaînes et des contenus de celle-ci sur Pickx. Les deux partenaires entendent ainsi répondre à l'évolution des modes de consommation des médias et renforcer l'écosystème audiovisuel belge en général, expliquent-ils. L'accord prévoit notamment la mise en évidence de la production belge, le renouvellement de la diffusion des quatre chaînes TV (La Une, La Deux, La Trois et Arte Belgique) et six radios (La Première, Vivacité, Pure FM, Musiq'3, Classic 21 et RTBF International) et l'accès à la plateforme Auvio depuis Pickx sur le futur décodeur V7, qui sortira dans la première moitié de 2020 (des tests sont en cours et l'opérateur entend aboutir à un produit "parfaitement fini", NDLR). "Il ne ressort rien de spécial de cet accord", a commenté mardi l'administrateur délégué de Proximus Guillaume Boutin lors d'une rencontre informelle avec la presse. "Il en va plutôt d'une meilleure compréhension de leur part de notre stratégie de présentation des contenus (donner le choix au client, valoriser les contenus locaux, favoriser la diffusion en direct et publicité adressée/ciblée pour générer de nouvelles sources de contenus) et de notre volonté de privilégier l'écosystème local. Nous avons convaincu la RTBF du bien-fondé rationnel de notre stratégie. Il ne peut être question d'un Proximus performant sans des 'broadcasters' qui le sont également." En juin dernier, les quatre grands diffuseurs (VRT, RTBF, RTL et DPG Media, maison-mère de VTM) avaient manifesté leur mécontentement par rapport à la nouvelle offre de télévision digitale de Proximus. Ils n'avaient alors pas apprécié que l'opérateur la modernise en profondeur sans qu'ils y aient donné leur consentement préalable. Pickx prévoit en effet un découpage des contenus, segmentant de la sorte une offre linéaire (et l'intégrité des contenus des diffuseurs) en une offre non linéaire, à la demande, se plaignaient-ils à l'époque. Depuis lors, des négociations entre les différentes parties ont eu lieu et ont donc abouti à un accord de "coopération renouvelée" pour la RTBF et la VRT. "Les diffuseurs comprennent que nous ne sommes en aucun cas contre eux. On ne peut se passer d'eux. On a des intérêts communs", a appuyé Guillaume Boutin. Les discussions se poursuivent avec RTL et DPG Media, indique-t-on encore chez Proximus. "On va trouver un accord. Les discussions sont constructives", commente l'administrateur délégué de Proximus. "Les négociations se déroulent au regard du contrat historique qui nous lie avec Proximus et celles-ci sont toujours en cours", confie-t-on du côté de RTL Belgium.