La Belgique a attiré en 2010, 166 projets d'investissements représentant plus de 5000 emplois, contre 189 et 177 au cours des deux années de crise 2008 et 2009, avec 5000 et 4000 nouveaux emplois à la clé, écrivent les quotidiens La Libre et l'Echo.

En 2005-2007, période record, le nombre de projets dépassait chaque année les 200 et le nombre des emplois nouveaux oscillait entre 8.000 et 9.000 par an.

La Flandre a attiré en 2010 la grande majorité des investissements: 108, soit 3900 emplois après avoir essuyé un revers en 2009. Quant à la Wallonie, elle n'a bénéficié que de 36 investissements étrangers, soit 780 emplois.

Grande première: l'agglomération anversoise a attiré plus de projets que Bruxelles: 46 investissements contre 32, et 1400 emplois contre 700.

Trends.be avec Belga

La Belgique a attiré en 2010, 166 projets d'investissements représentant plus de 5000 emplois, contre 189 et 177 au cours des deux années de crise 2008 et 2009, avec 5000 et 4000 nouveaux emplois à la clé, écrivent les quotidiens La Libre et l'Echo. En 2005-2007, période record, le nombre de projets dépassait chaque année les 200 et le nombre des emplois nouveaux oscillait entre 8.000 et 9.000 par an. La Flandre a attiré en 2010 la grande majorité des investissements: 108, soit 3900 emplois après avoir essuyé un revers en 2009. Quant à la Wallonie, elle n'a bénéficié que de 36 investissements étrangers, soit 780 emplois. Grande première: l'agglomération anversoise a attiré plus de projets que Bruxelles: 46 investissements contre 32, et 1400 emplois contre 700. Trends.be avec Belga