La teneur de cet accord sera divulguée lors d'une conférence de presse en ligne, jeudi, a informé Test Achats.

En juillet 2019, Test Achats avait lancé une action collective contre la compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair, parce que celle-ci refusait de rembourser des passagers lésés. En juillet et en août 2018, 172 vols de Ryanair avaient été annulés ou retardés à la suite d'une importante grève des employés de la compagnie. Des milliers de personnes n'ont pas pu prendre leur avion et se sont parfois retrouvées contraintes de prolonger un séjour à l'hôtel ou de réserver et payer un autre vol.

En décembre 2020, le tribunal de l'entreprise de Bruxelles avait déclaré recevable l'action intentée par Test Achats. Il avait alors choisi le système d'opt-in, c'est-à-dire que ce sont les personnes lésées qui doivent exprimer elles-mêmes explicitement leur souhait de rejoindre l'action collective, pour pouvoir prétendre ensuite, le cas échéant, à une indemnisation.

Le tribunal avait ainsi ordonné à Ryanair d'avertir par mail tous les passagers qui ont été concernés par les annulations et retards de vol lors de l'été 2018, soit environ 30.000 personnes, pour les informer de l'action collective. Ceux-ci avaient alors un délai de trois mois pour manifester leur choix de la rejoindre ou non.

Selon cette procédure, au-delà de ce délai de trois mois, une phase de négociations peut alors s'ouvrir endéans six mois, afin de laisser encore la possibilité aux parties de trouver une solution entre elles, avant d'en arriver au procès.

La teneur de cet accord sera divulguée lors d'une conférence de presse en ligne, jeudi, a informé Test Achats. En juillet 2019, Test Achats avait lancé une action collective contre la compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair, parce que celle-ci refusait de rembourser des passagers lésés. En juillet et en août 2018, 172 vols de Ryanair avaient été annulés ou retardés à la suite d'une importante grève des employés de la compagnie. Des milliers de personnes n'ont pas pu prendre leur avion et se sont parfois retrouvées contraintes de prolonger un séjour à l'hôtel ou de réserver et payer un autre vol. En décembre 2020, le tribunal de l'entreprise de Bruxelles avait déclaré recevable l'action intentée par Test Achats. Il avait alors choisi le système d'opt-in, c'est-à-dire que ce sont les personnes lésées qui doivent exprimer elles-mêmes explicitement leur souhait de rejoindre l'action collective, pour pouvoir prétendre ensuite, le cas échéant, à une indemnisation. Le tribunal avait ainsi ordonné à Ryanair d'avertir par mail tous les passagers qui ont été concernés par les annulations et retards de vol lors de l'été 2018, soit environ 30.000 personnes, pour les informer de l'action collective. Ceux-ci avaient alors un délai de trois mois pour manifester leur choix de la rejoindre ou non. Selon cette procédure, au-delà de ce délai de trois mois, une phase de négociations peut alors s'ouvrir endéans six mois, afin de laisser encore la possibilité aux parties de trouver une solution entre elles, avant d'en arriver au procès.