L'hôtellerie de plein air a enregistré un total de 125 millions de nuitées l'an dernier, en légère progression sur une année (+0,8%), a annoncé la fédération FNPHA qui représente l'essentiel des campings français.

"Cette croissance est principalement portée par la clientèle étrangère (+2,5% par rapport à 2017), notamment allemande et britannique", détaille le communiqué.

De son côté, la fréquentation "domestique" se maintient et les vacanciers français, avec 68% du total des clients, restent "le socle du succès du camping en France".

La durée moyenne des séjours a atteint un "record absolu" l'an dernier, "avec 5,1 nuitées en moyenne, soit le double de la durée moyenne des séjours pour l'ensemble des hébergements touristiques (hôtellerie, villages vacances, résidences, etc.) qui affichent 2,6 nuitées seulement", souligne la FNHPA.

Les campings des zones littorales restent les plus prisés et concentrent l'essentiel de la fréquentation avec plus de la moitié des nuitées (56%).

Les emplacements nus - sur lesquels il faut planter sa propre tente ou garer sa caravane ou son camping-car - restent majoritaires et accueillent "environ les trois-cinquièmes des séjours".

Quant aux emplacements proposant des hébergements locatifs - de type chalet, mobil-home, tipi ou autre yourte - ils sont choisis pour des séjours plus longs (6,5 nuitées en moyenne).

"Le succès du camping, qui se confirme année après année, est porté par une montée en gamme qui répond aux attentes des touristes et des vacanciers pour plus de confort et une offre d'activités élargies, expliquant le succès des 4 et 5 étoiles", met en avant la fédération.