Ajoutés au cash déjà disponible dans les caisses, ces capitaux frais portent désormais le trésor de guerre du groupe à près de 2 milliards d'euros. De quoi voir grand et financer l'un ou l'autre rachat, quoi qu'en dise officiellement l'assureur ? Dans un ...

Ajoutés au cash déjà disponible dans les caisses, ces capitaux frais portent désormais le trésor de guerre du groupe à près de 2 milliards d'euros. De quoi voir grand et financer l'un ou l'autre rachat, quoi qu'en dise officiellement l'assureur ? Dans un bref communiqué relatif à l'opération finalisée la semaine dernière, la maison mère d'AG Insurance se contente en effet d'indiquer que " les fonds levés serviront aux besoins généraux du groupe, à optimiser la structure du capital et à renforcer la solvabilité réglementaire. " Le CEO Bart De Smet, ne fait toutefois pas mystère - et depuis longtemps déjà - de ses intentions de mettre la main sur l'une ou l'autre proie dans les marchés où il est présent, à commencer par l'Europe et plus particulièrement la Belgique. De grandes manoeuvres pourraient d'ailleurs prochainement y redessiner les contours d'un marché mature poussé entre autres à la consolidation par la digitalisation. Dans ce contexte, un dossier aiguise particulièrement l'appétit d'Ageas : Ethias. Une cible dont l'avenir pourrait se clarifier en fonction des majorités politiques qui émergeront après les élections du 26 mai prochain.