Avec quelque 16.000 mètres carrés de superficie, dont 3.000 rien que pour les laboratoires, il s'agira de la plus grande usine du genre en Europe, la troisième au monde après celle d'Amazone et de Space X. Elle sera construite sur l'ancien site des ACEC (Ateliers de Construction électrique de Charleroi) par Sambrinvest et permettra de générer entre 400 et 500 emplois.

24 satellites par an

Cette future "méga-usine" carolo fait écho à celle récemment construite du côté d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, d'où 24 satellites par an devraient bientôt sortir. Mais face à la demande toujours grandissante de création de satellite, Benoît Depere, le créateur d'Aerospacelab, a lancé le projet d'une seconde succursale à Charleroi.

"Nous avons mis sur pied une sorte de travail à la chaîne pour créer des satellites à moindre coût, mais nous restons à l'écoute des demandes de nos clients. Nous avons ainsi mis sur pied une recette qui optimise la standardisation et la customisation des satellites."

L'événement s'est déroulé en présence notamment de Ludivine Dedonder, ministre de la Défense, Petra De Sutter, ministre fédérale des télécommunications, Mathieu Michel, secrétaire d'État à la Digitalisation, Willy Borsus, vice-président de la Wallonie, Thomas Dermine, secrétaire d'État pour la Relance et les Investissements stratégiques ou encore Paul Magnette, le bourgmestre de Charleroi.

Avec quelque 16.000 mètres carrés de superficie, dont 3.000 rien que pour les laboratoires, il s'agira de la plus grande usine du genre en Europe, la troisième au monde après celle d'Amazone et de Space X. Elle sera construite sur l'ancien site des ACEC (Ateliers de Construction électrique de Charleroi) par Sambrinvest et permettra de générer entre 400 et 500 emplois. Cette future "méga-usine" carolo fait écho à celle récemment construite du côté d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, d'où 24 satellites par an devraient bientôt sortir. Mais face à la demande toujours grandissante de création de satellite, Benoît Depere, le créateur d'Aerospacelab, a lancé le projet d'une seconde succursale à Charleroi. "Nous avons mis sur pied une sorte de travail à la chaîne pour créer des satellites à moindre coût, mais nous restons à l'écoute des demandes de nos clients. Nous avons ainsi mis sur pied une recette qui optimise la standardisation et la customisation des satellites." L'événement s'est déroulé en présence notamment de Ludivine Dedonder, ministre de la Défense, Petra De Sutter, ministre fédérale des télécommunications, Mathieu Michel, secrétaire d'État à la Digitalisation, Willy Borsus, vice-président de la Wallonie, Thomas Dermine, secrétaire d'État pour la Relance et les Investissements stratégiques ou encore Paul Magnette, le bourgmestre de Charleroi.