Un an après avoir racheté Durbuy Adventure, Marc Coucke a présenté son (méga) projet ardennais à la presse : un parc étendu sur près de 500 ha, "plus grand que Disneyland Paris ", avait-il expliqué. Il parlait de l'étendue, pas du contenu, "qui sera plutôt le contraire d'un Disneyland", tient à rassurer son associé, Bart Maerten. " Une bonne part du terrain restera naturelle, il y aura juste des sentiers, comme le Zwin à Knokke ", assure-t-il.
...

Un an après avoir racheté Durbuy Adventure, Marc Coucke a présenté son (méga) projet ardennais à la presse : un parc étendu sur près de 500 ha, "plus grand que Disneyland Paris ", avait-il expliqué. Il parlait de l'étendue, pas du contenu, "qui sera plutôt le contraire d'un Disneyland", tient à rassurer son associé, Bart Maerten. " Une bonne part du terrain restera naturelle, il y aura juste des sentiers, comme le Zwin à Knokke ", assure-t-il. L'opération consiste à développer un parc autour du thème de l'environnement et de la nature, avec des logements, des hôtels, bientôt des bungalows et du camping de luxe, des activités (kayak, accrobranche, via ferrata, etc.), des restaurants, un futur bâtiment pour le sport indoor, même un musée d'art moderne abritant les oeuvres de Marcel Duchamp, accumulées par Marc Coucke. L'idée est d'attirer du monde toute l'année à Durbuy : classes vertes, particuliers, entreprises pour des séminaires ou du team building. " La Roche et Han-sur-Lesse auraient bien voulu un projet pareil ", explique un observateur actif dans le domaine touristique. Voici un an, l'opération se résumait à la fusion entre le parc d'activité La Petite Merveille (LPM) avec Durbuy Adventure, soit un peu plus de 60 ha. Le patron du premier, Bart Maerten, est resté dans l'aventure, le propriétaire du second, Joseph Charlier, a revendu. Le nouveau parc est géré par LPM, une société où Bart Maerten et Marc Coucke sont associés à parité, mais les gros investissements immobiliers sont réalisés par Marc Coucke seul. En quelques mois, le projet a absorbé le domaine d'Hottemme (20 ha), 150 ha de bois et 130 ha loués à la Région wallonne, des commerces et l'hôtel restaurant Jean de Bohème. L'ensemble portera le nom d'Adventure Valley Durbuy. Le tandem Maerten-Coucke compte bien investir 100 millions d'ici 2020 dans le projet et a attiré le chef Wout Bru pour l'horeca. Cela ravit Joseph Charlier, qui a vendu Durbuy Adventure à Marc Coucke. " Il y a quelques réticences chez certains habitants, je ne les comprends pas, le parc sera très bien pour Durbuy ", explique-t-il. Marc Coucke n'a-t-il pas racheté récemment plusieurs commerces qui marchaient mal ? L'objectif du projet est de capitaliser sur l'intérêt déjà marqué des néerlandophones pour Durbuy. Durbuy Adventure comptait déjà 70 % de Flamands et de Néerlandais dans sa clientèle. C'est plutôt l'esprit de La Petite Merveille qui règne désormais, centré sur les écoles et le contact avec la nature. D'où un élagage des activités : exit les quads, le paintball et le karting de Durby Adventure. " On a ainsi réduit d'un tiers l'activité ", affirme Bart Maerten. Il avait même un peu trop élagué car le nom " Durbuy Adventure ", bien connu des entreprises, était passé à la trappe, le nom La Petite Merveille s'étant imposé partout. Il revient l'air de rien dans le nom global du projet, Adventure Valley Durbuy. La nature, c'est aussi un peu l'aventure.