"Nous examinons le cas d'Asics, et nous avons reçu des plaintes contre Adidas et Nike que nous sommes en train d'étudier" a déclaré le porte-parole de l'Office anti-cartel, confirmant une information du Financial Times Deutschland. "Il n'y a pas encore d'enquête au sens propre du terme", a précisé

le porte-parole.

A l'origine des plaintes, de nouvelles règles dans les contrats de distribution, particulièrement restrictives pour les vendeurs sur les sites de commerce en ligne comme Amazon et Ebay, à qui les équipementiers sportifs reprochent de porter atteinte à leur image de marque en cassant les prix ou en ne se conformant pas au marketing souhaité.

L'allemand Adidas, qui possède aussi Reebok, avait confirmé mi-juin qu'il souhaitait réserver à partir de l'an prochain la vente de ses produits sur internet à ses propres sites et à ceux de ses partenaires commerciaux.

L'américain Nike a un projet similaire, et Asics a cessé de livrer un vendeur sur internet parce qu'il ne s'était pas tenu au prix fixé par le fabricant japonais de chaussures de sport, selon des informations du Financial Times Deutschland.

Selon les plaignants, ces restrictions enfreignent les règles de la libre concurrence.

Trends.be avec Belga.