Sur les trois premiers mois de l'année, son bénéfice net s'est accru de 2% à 133 millions d'euros, son chiffre d'affaires fléchissant de 1%, à 5,6 milliards d'euros, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Sa croissance organique, qui permet de mieux refléter le rythme des embauches, s'est inscrite en baisse de 2%, a-t-il précisé.

En France, son plus gros marché, sa croissance hors effets de change, d'acquisitions et ajustée du nombre de jours ouvrables, a reculé de 1% sur fond de baisse de la demande dans l'industrie, la logistique et le commerce de détail, compensée en partie par le secteur automobile et le bâtiment.

Le placement de personnel spécialisé en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et en Irlande, sa deuxième plus grosse unité, ses recettes organiques ont chuté de 5%, plombées par les secteurs de la technologie, de la finance et du droit ainsi que de l'ingénierie.

Ses recettes en Allemagne, Autriche et Suisse ont également chuté de 10% et reculé de 6% au Benelux et dans les Pays nordiques, a détaillé le groupe qui a cependant évoqué une stabilisation de son activité en Europe.