L'accord doit encore être validé par les membres de la Balpa (British Airline Pilots Association) qui ont jusqu'au 30 juillet pour voter.

"Après près de trois mois de négociations sur la proposition de British Airways de licencier 1.255 pilotes et de changer les termes et conditions contractuelles en 'licenciant et ré-embauchant', la Balpa a ouvert les consultations parmi 4.300 pilotes sur un plan de sauvegarde de l'emploi", selon un communiqué publié tard mercredi.

La compagnie aérienne, filiale du groupe IAG, avait prévenu fin avril qu'elle envisageait de licencier 12.000 personnes soit un quart de ses effectifs. Elle emploie au total 4.300 pilotes.

L'accord prévoit notamment du travail à temps partiel, des départs volontaires, un pool de réserve de pilotes à paie réduite qui pourront reprendre les vols quand la demande augmentera, des baisses de salaires de 20% qui seront réduites à 8% sur les deux années suivantes puis annulées.

"Malgré ces mesures, les pilotes sont dévastés à la perspective de 270 licenciements secs" même si la Balpa espère réussir à faire baisser ce nombre par de plus amples négociations.

Le transport aérien est l'un des secteurs frappés les plus durement par la pandémie de nouveau coronavirus et les mesures de distanciation sociale pour l'endiguer, qui se sont traduites par un arrêt brutal des déplacements et surtout des voyages en avion.

L'accord doit encore être validé par les membres de la Balpa (British Airline Pilots Association) qui ont jusqu'au 30 juillet pour voter. "Après près de trois mois de négociations sur la proposition de British Airways de licencier 1.255 pilotes et de changer les termes et conditions contractuelles en 'licenciant et ré-embauchant', la Balpa a ouvert les consultations parmi 4.300 pilotes sur un plan de sauvegarde de l'emploi", selon un communiqué publié tard mercredi. La compagnie aérienne, filiale du groupe IAG, avait prévenu fin avril qu'elle envisageait de licencier 12.000 personnes soit un quart de ses effectifs. Elle emploie au total 4.300 pilotes. L'accord prévoit notamment du travail à temps partiel, des départs volontaires, un pool de réserve de pilotes à paie réduite qui pourront reprendre les vols quand la demande augmentera, des baisses de salaires de 20% qui seront réduites à 8% sur les deux années suivantes puis annulées. "Malgré ces mesures, les pilotes sont dévastés à la perspective de 270 licenciements secs" même si la Balpa espère réussir à faire baisser ce nombre par de plus amples négociations. Le transport aérien est l'un des secteurs frappés les plus durement par la pandémie de nouveau coronavirus et les mesures de distanciation sociale pour l'endiguer, qui se sont traduites par un arrêt brutal des déplacements et surtout des voyages en avion.