"L'Autorité de la concurrence sanctionne Engie à hauteur de 100 millions d'euros pour avoir abusé de sa position dominante en s'appuyant notamment sur son fichier historique pour convertir ses clients aux tarifs réglementés du gaz à des offres de marché de gaz et d'électricité", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

En septembre 2014, le gendarme de la concurrence avait déjà ordonné à Engie (ex-GDF Suez), en urgence et à titre conservatoire, de rendre accessible à ses concurrents une partie des données de son fichier clients historique, comme le nom, le numéro de téléphone et le profil de consommation, sous peine de devoir arrêter de commercialiser ses offres de marché. Saisi par Direct Energie et l'association française de consommateurs UFC-Que Choisir, l'Autorité avait en effet considéré que l'opérateur historique avait utilisé son emprise sur les tarifs réglementés de vente du gaz (TRV), héritage de son ancien monopole sur le marché gazier, pour inciter ses clients à basculer sur ses offres à prix libre.

Cette décision était justifiée par la nécessité de permettre aux concurrents du géant de l'énergie de concourir à armes égales avec lui. "Ne contestant pas les faits, Engie a souhaité recourir à une procédure de transaction avec l'Autorité", a précisé cette dernière. "Engie a par ailleurs employé auprès des consommateurs un argument commercial trompeur selon lequel elle aurait garanti une sécurité d'approvisionnement en gaz supérieure à celle de ses concurrents pour inciter les clients à choisir ses offres", a-t-elle ajouté. Le marché de l'énergie est totalement ouvert à la concurrence depuis 2007.

"L'Autorité de la concurrence sanctionne Engie à hauteur de 100 millions d'euros pour avoir abusé de sa position dominante en s'appuyant notamment sur son fichier historique pour convertir ses clients aux tarifs réglementés du gaz à des offres de marché de gaz et d'électricité", a-t-elle indiqué dans un communiqué. En septembre 2014, le gendarme de la concurrence avait déjà ordonné à Engie (ex-GDF Suez), en urgence et à titre conservatoire, de rendre accessible à ses concurrents une partie des données de son fichier clients historique, comme le nom, le numéro de téléphone et le profil de consommation, sous peine de devoir arrêter de commercialiser ses offres de marché. Saisi par Direct Energie et l'association française de consommateurs UFC-Que Choisir, l'Autorité avait en effet considéré que l'opérateur historique avait utilisé son emprise sur les tarifs réglementés de vente du gaz (TRV), héritage de son ancien monopole sur le marché gazier, pour inciter ses clients à basculer sur ses offres à prix libre. Cette décision était justifiée par la nécessité de permettre aux concurrents du géant de l'énergie de concourir à armes égales avec lui. "Ne contestant pas les faits, Engie a souhaité recourir à une procédure de transaction avec l'Autorité", a précisé cette dernière. "Engie a par ailleurs employé auprès des consommateurs un argument commercial trompeur selon lequel elle aurait garanti une sécurité d'approvisionnement en gaz supérieure à celle de ses concurrents pour inciter les clients à choisir ses offres", a-t-elle ajouté. Le marché de l'énergie est totalement ouvert à la concurrence depuis 2007.