Le sondage montre également que les travailleurs menacent de démissionner si leurs patrons les obligent à retourner au bureau à plein temps.

Pas moins de 86% des employés de bureau souhaitent en effet continuer à pouvoir travailler depuis leur domicile au moins deux jours par semaine, poursuit le cabinet de conseil après avoir interrogé près de 10.000 personnes dans le monde parmi lesquelles des travailleurs des secteurs de la finance, de la technologie et de l'énergie. Et tous les groupes d'âge partagent le même avis, ajoute le bureau. Les employés préféreraient en outre se rendre au bureau les mardis, mercredis et jeudis.

De grandes banques telles que Citigroup, HSBC et NatWest Group indiquent que leur personnel pourra continuer à travailler à domicile dans une large mesure après deux ans de confinement. Certaines entreprises de la fintech comme Revolut et Eigen Technologies permettent même à leurs employés de travailler entièrement à distance.

"Les employeurs doivent comprendre que c'est devenu une réalité", explique Andrew Mawson, directeur général d'Advanced Workplace Associates. "Les employés ont vu que la flexibilité pouvait fonctionner et les employeurs qui ne sont pas sensibles aux besoins de leur personnel en subiront les conséquences."

Le sondage montre également que les travailleurs menacent de démissionner si leurs patrons les obligent à retourner au bureau à plein temps. Pas moins de 86% des employés de bureau souhaitent en effet continuer à pouvoir travailler depuis leur domicile au moins deux jours par semaine, poursuit le cabinet de conseil après avoir interrogé près de 10.000 personnes dans le monde parmi lesquelles des travailleurs des secteurs de la finance, de la technologie et de l'énergie. Et tous les groupes d'âge partagent le même avis, ajoute le bureau. Les employés préféreraient en outre se rendre au bureau les mardis, mercredis et jeudis. De grandes banques telles que Citigroup, HSBC et NatWest Group indiquent que leur personnel pourra continuer à travailler à domicile dans une large mesure après deux ans de confinement. Certaines entreprises de la fintech comme Revolut et Eigen Technologies permettent même à leurs employés de travailler entièrement à distance. "Les employeurs doivent comprendre que c'est devenu une réalité", explique Andrew Mawson, directeur général d'Advanced Workplace Associates. "Les employés ont vu que la flexibilité pouvait fonctionner et les employeurs qui ne sont pas sensibles aux besoins de leur personnel en subiront les conséquences."