Créée par Philips en 1963

C'est la société Philips qui commercialise en 1963 la toute première K7 audio, au même moment que l'enregistreur cassette. Ce nouveau mode d'écoute cohabite jusqu'à la fin des années 1970 avec le vinyle, avant de le supplanter définitivement dans les années 1980. L'arrivée du walkman, conçu en 1979 par Sony, propulse la K7 en numéro 1 des ventes physiques d'album. Le CD naît en 1983 et la détrône rapidement. Depuis le début des années 1990, la K7 reste l'apanage de quelques petits labels indépendants désireux de programmer des sorties événementielles.

Une seconde vie grâce au cinéma

Le regain d'intérêt de la cassette vient, entre autres, de la sortie en 2014 du film Guardians of the Galaxy. Au début du film, le héros enclenche sur son walkman Sony un Awesome mix, ponctué de morceaux des Jackson Five et de David Bowie. En 2017, cette cassette se vendait encore à 15.000 exemplaires derrière... la compilation de Guardians of the Galaxy 2, en tête des ventes à 19.000 exemplaires. Cette version cassette n'atterrira toutefois jamais sur le marché belge. Parmi les autres meilleures ventes, citons la bande originale de la série Netflix Stranger things, Purple rain (Prince) et Nevermind (Nirvana). Même Daft Punk sortait en 2013 une cassette promo de Random Access Memories... tout comme un certain Justin Bieber en 2016.

© PG

Un seul gros fabricant de cassettes audio

Malgré la confidentialité des ventes de cassettes, des entreprises comme Sony, Disney et Universal comptent relancer la machine. Ces majors ont en effet passé de grosses commandes à la seule société américaine qui produit encore des K7 audio : la " National Audio Company ", basée à Springfield. Cette société, qui n'avait jamais arrêté ses activités depuis sa création, réalise des K7... avec des machines datant des années 1960 et 1970 ! En Europe, le marché est relativement restreint et la production de K7 reste l'apanage d'une société britannique, qui vend principalement aux labels indépendants. Le marché en Europe aurait tout doucement repris, mais pas autant qu'aux Etats-Unis.

Difficile de trouver des K7 en Belgique

Si vous succombez à la mode, mieux vaut redescendre vos vieilles cassettes du grenier. Hormis dans quelques magasins de seconde main, impossible en effet de trouver des K7 neuves de vos groupes préférés. Les grandes enseignes comme la Fnac ou MediaMarkt vendent des cassettes audio vierges (comptez environ 2,5 euros par pièce) ou encore des chaînes hi-fi avec lecteur cassette. Le walkman n'a quant à lui pas encore fait sa réapparition dans les grandes enseignes belges. A noter que sur des sites de seconde main, vous pourrez dénicher en Belgique un walkman à 5 euros, ou même à 100 euros la pièce !

Un format d'écoute peu pratique

A l'inverse du streaming ou des CD, la K7 audio est beaucoup moins pratique. La capacité d'enregistrement est généralement limitée à 45 minutes par face et il est impossible de passer automatiquement à la chanson suivante. Les utilisateurs s'en souviennent : quand la bande magnétique se fait la malle, le bon vieux crayon pour rembobiner la bande est de mise. N'oublions pas non plus la qualité d'écoute, beaucoup plus faible que celle du CD, du vinyle et du numérique. Signalons tout de même quelques atouts : la cassette ne coûte pas très cher et l'enregistrement se fait très facilement. Pour finir, le réel intérêt tient dans l'effet mode et nostalgie.

Par Géry Brusselmans.

En chiffres

174.000

C'est le nombre de K7 audio vendues en 2017 aux Etats-Unis. Ce chiffre est en augmentation de 35 % par rapport à 2016. Vu les ventes confidentielles, il n'existe pas de chiffres pour la Belgique ou la France.

0,17%

C'est le pourcentage de vente de K7 audio par rapport à l'ensemble des ventes physiques d'albums aux Etats-Unis en 2017. A titre comparatif, environ 100 millions de CD ont été vendus la même année, contre 14 millions de vinyles.