Ce n'est pas le premier rappel dû aux airbags de Takata, loin s'en faut. Les problèmes du sous-traitant japonais ont conduit, tous constructeurs concernés confondus, au rappel de quelque 100 millions de véhicules dans le monde. En cas d'activation d'airbags lors d'une collision, ceux-ci sont susceptibles de se déchirer, ce qui peut conduire à la projection de morceaux de métal sur le conducteur et les autres occupants du véhicule. Des incidents avec des airbags défectueux auraient coûté la vie à plus de 20 personnes dans le monde. Takata a demandé en juin à être protégé de ses créanciers au Japon et aux Etats-Unis.