"Les causes de la vague de menaces de licenciements sont le volume bas de production d'automobiles en Europe, les améliorations de la production chez des sous-traitants et le déplacement grandissant de la capacité de production vers des pays à bas salaires", explique Marcus Berret, expert automobile chez Roland Berger.

Le bureau de consultance observe chez les fournisseurs une surcapacité de 8 à 10 pc. Cette dernière peut atteindre jusqu'à 15 pc les prochaines années si les entreprises ne prennent pas de mesures adéquates. Les emplois ne sont pas seulement menacés au sein des divisions de production des fournisseurs mais également dans les départements recherche et développement et de l'administration, selon l'étude.

La situation des sous-traitants dépend étroitement des changements dans les usines automobiles qu'ils fournissent. L'université de Hasselt (UHasselt) a ainsi comptabilisé, dans le cadre de la fermeture annoncée de Ford à Genk, non seulement la disparition de 4.337 emplois directs mais également la perte de 5.927 postes chez des fournisseurs dans toute la Flandre.

"Les causes de la vague de menaces de licenciements sont le volume bas de production d'automobiles en Europe, les améliorations de la production chez des sous-traitants et le déplacement grandissant de la capacité de production vers des pays à bas salaires", explique Marcus Berret, expert automobile chez Roland Berger. Le bureau de consultance observe chez les fournisseurs une surcapacité de 8 à 10 pc. Cette dernière peut atteindre jusqu'à 15 pc les prochaines années si les entreprises ne prennent pas de mesures adéquates. Les emplois ne sont pas seulement menacés au sein des divisions de production des fournisseurs mais également dans les départements recherche et développement et de l'administration, selon l'étude. La situation des sous-traitants dépend étroitement des changements dans les usines automobiles qu'ils fournissent. L'université de Hasselt (UHasselt) a ainsi comptabilisé, dans le cadre de la fermeture annoncée de Ford à Genk, non seulement la disparition de 4.337 emplois directs mais également la perte de 5.927 postes chez des fournisseurs dans toute la Flandre.