Dans sa première version, le plan de restructuration demandait un montant de 90 milliards d'euros de garanties publiques, assurées par la Belgique (à concurrence de 60,5%), la France (36,5%) et le Luxembourg (3%). La nouvelle mouture de ce plan ne prévoirait pas une hausse du montant des garanties. Celles-ci pourraient être de "90 milliards d'euros au maximum, mais pourraient être seulement de 70 à 80 milliards d'euros", poursuit cette source. Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, à récemment appelé la Belgique et la France à accélérer leurs négociations, en cours depuis plusieurs mois, dans le dossier Dexia. La Commission européenne a approuvé ce mercredi une deuxième prolongation, jusqu'au 31 janvier 2013, de la garantie publique temporaire de 55 milliards d'euros octroyée par la Belgique, la France et le Luxembourg à Dexia SA et à Dexia Crédit Local (DCL). Dans le même temps, elle a étendu le champ de son enquête approfondie sur la restructuration de Dexia, ouverte en 2011. (PVO)

Dans sa première version, le plan de restructuration demandait un montant de 90 milliards d'euros de garanties publiques, assurées par la Belgique (à concurrence de 60,5%), la France (36,5%) et le Luxembourg (3%). La nouvelle mouture de ce plan ne prévoirait pas une hausse du montant des garanties. Celles-ci pourraient être de "90 milliards d'euros au maximum, mais pourraient être seulement de 70 à 80 milliards d'euros", poursuit cette source. Le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, à récemment appelé la Belgique et la France à accélérer leurs négociations, en cours depuis plusieurs mois, dans le dossier Dexia. La Commission européenne a approuvé ce mercredi une deuxième prolongation, jusqu'au 31 janvier 2013, de la garantie publique temporaire de 55 milliards d'euros octroyée par la Belgique, la France et le Luxembourg à Dexia SA et à Dexia Crédit Local (DCL). Dans le même temps, elle a étendu le champ de son enquête approfondie sur la restructuration de Dexia, ouverte en 2011. (PVO)