"Si un travailleur sur 5 travaille, la SNCB peut offrir un service équivalent à une journée normale. Ce n'est pas un service minimum mais un service maximum", explique M. Descheemaecker. Jean-Pierre Goossens, secrétaire général à la CGSP-Cheminots, parle de ce plan comme d'une "mauvaise blague". La proposition de l'ancien patron de la SNCB est, à ses yeux, dangereuse, irréaliste et représente une atteinte au droit de grève. (Belga)

"Si un travailleur sur 5 travaille, la SNCB peut offrir un service équivalent à une journée normale. Ce n'est pas un service minimum mais un service maximum", explique M. Descheemaecker. Jean-Pierre Goossens, secrétaire général à la CGSP-Cheminots, parle de ce plan comme d'une "mauvaise blague". La proposition de l'ancien patron de la SNCB est, à ses yeux, dangereuse, irréaliste et représente une atteinte au droit de grève. (Belga)