La direction a annoncé mardi son intention de supprimer 63 postes d'ouvriers et 12 d'employés en réaction à la baisse du chiffre d'affaires d'Actimel (-35% depuis 2009) et à une "surcapacité structurelle" qui n'a pas pu être enrayée malgré diverses mesures prises, comme l'arrêt de la production le week-end et la diminution du nombre de lignes de production. "L'arrêt de travail est un signal envoyé par les travailleurs pour marquer leur désaccord avec cette restructuration. Nous n'appelons pas encore à une action totale parce que nous voulons d'abord attendre les résultats des discussions et voir si la direction est prête à faire des concessions. Nous avons donc décidé de reprendre le travail cet après-midi", explique Kris Croonenborghs (FGTB). (Belga)

La direction a annoncé mardi son intention de supprimer 63 postes d'ouvriers et 12 d'employés en réaction à la baisse du chiffre d'affaires d'Actimel (-35% depuis 2009) et à une "surcapacité structurelle" qui n'a pas pu être enrayée malgré diverses mesures prises, comme l'arrêt de la production le week-end et la diminution du nombre de lignes de production. "L'arrêt de travail est un signal envoyé par les travailleurs pour marquer leur désaccord avec cette restructuration. Nous n'appelons pas encore à une action totale parce que nous voulons d'abord attendre les résultats des discussions et voir si la direction est prête à faire des concessions. Nous avons donc décidé de reprendre le travail cet après-midi", explique Kris Croonenborghs (FGTB). (Belga)