Prenons le cas des 68 magasins Free Record Shop, officiellement, ce qui a poussé ce détaillant à la faillite, c'est le manque de stocks. Les syndicats ont d'ailleurs confirmé cela en indiquant à la presse le manque de confiance qu'avaient les fournisseurs à l'égard de la firme : de grands acteurs du secteur comme Disney, par exemple, ne livraient plus leurs produits dans les magasins en question.

En réalité, il semblerait que cette cause n'est pas l'unique raison qui explique la culbute de Free Record Shop. La première ou la vraie cause, c'est notre manière de consommer des DVD ou des CD qui a changé au fil du temps et cela, grâce ou à cause, c'est selon, la dématérialisation des contenus. Depuis l'arrivée du haut débit sur internet, la musique, le cinéma, et les jeux vidéo se consomment chez soi ou en mobilité, au départ de son PC ou de son téléphone portable, mais plus en allant acheter un CD ou un DVD en magasin !

Les chiffres parlent d'eux-mêmes, depuis 2008, les ventes de DVD en Belgique ont chuté de 36% - et de 20% pour les jeux vidéo physiques. Il faut dire aussi que les jeux vidéo s'achètent de plus en plus en ligne et non pas dans des linéaires surpeuplés le samedi après-midi. Donc, oui, la crise est là, mais ce qui est là aussi, c'est la présence d'Internet qui a changé notre monde, notre façon de consommer et qui fait qu'aujourd'hui plus aucune entreprise n'est à l'abri de la révolution numérique.

Au fond la leçon est simple : pour les entreprises, il n'y a pas ou plus d'abri anti-numérique, toutes les activités sont ou seront impactés par ce tsunami. Il y a juste des entreprises qui subissent le Net et d'autres qui arrivent à en faire un allié comme Apple ou Ryanair.

Prenons le cas des 68 magasins Free Record Shop, officiellement, ce qui a poussé ce détaillant à la faillite, c'est le manque de stocks. Les syndicats ont d'ailleurs confirmé cela en indiquant à la presse le manque de confiance qu'avaient les fournisseurs à l'égard de la firme : de grands acteurs du secteur comme Disney, par exemple, ne livraient plus leurs produits dans les magasins en question. En réalité, il semblerait que cette cause n'est pas l'unique raison qui explique la culbute de Free Record Shop. La première ou la vraie cause, c'est notre manière de consommer des DVD ou des CD qui a changé au fil du temps et cela, grâce ou à cause, c'est selon, la dématérialisation des contenus. Depuis l'arrivée du haut débit sur internet, la musique, le cinéma, et les jeux vidéo se consomment chez soi ou en mobilité, au départ de son PC ou de son téléphone portable, mais plus en allant acheter un CD ou un DVD en magasin ! Les chiffres parlent d'eux-mêmes, depuis 2008, les ventes de DVD en Belgique ont chuté de 36% - et de 20% pour les jeux vidéo physiques. Il faut dire aussi que les jeux vidéo s'achètent de plus en plus en ligne et non pas dans des linéaires surpeuplés le samedi après-midi. Donc, oui, la crise est là, mais ce qui est là aussi, c'est la présence d'Internet qui a changé notre monde, notre façon de consommer et qui fait qu'aujourd'hui plus aucune entreprise n'est à l'abri de la révolution numérique. Au fond la leçon est simple : pour les entreprises, il n'y a pas ou plus d'abri anti-numérique, toutes les activités sont ou seront impactés par ce tsunami. Il y a juste des entreprises qui subissent le Net et d'autres qui arrivent à en faire un allié comme Apple ou Ryanair.