Les convois de plusieurs dizaines de camions partiront, dès 10h30, de cinq points de rassemblement pour rallier Bruxelles en empruntant les autoroutes E40 (depuis Liège et Gand), E19 (à partir d'Anvers et de Nivelles) et E411 (depuis Namur). A 50 km de la capitale, les manifestants diminueront leur vitesse à 50 km/h, ce qui entraînera vraisemblablement quelques problèmes de circulation. Les organisateurs, parmi lesquels des syndicats belges, français, luxembourgeois et néerlandais mais aussi des collectifs de chauffeurs routiers indépendants de plusieurs pays européens, soulignent toutefois que l'action aura lieu après l'heure de pointe et ne vise donc pas les navetteurs. Pour enrayer le phénomène du dumping social qui touche leur secteur, les ouvriers du transport demandent l'application de plusieurs mesures, comme un salaire unique pour tous les chauffeurs travaillant dans un même pays, le retour obligatoire vers le pays d'origine après trois missions de cabotage routier en une semaine, un meilleur contrôle de l'interdiction européenne des sociétés boîtes aux lettres ou encore l'introduction d'un salaire minimum européen. (WDM)

Les convois de plusieurs dizaines de camions partiront, dès 10h30, de cinq points de rassemblement pour rallier Bruxelles en empruntant les autoroutes E40 (depuis Liège et Gand), E19 (à partir d'Anvers et de Nivelles) et E411 (depuis Namur). A 50 km de la capitale, les manifestants diminueront leur vitesse à 50 km/h, ce qui entraînera vraisemblablement quelques problèmes de circulation. Les organisateurs, parmi lesquels des syndicats belges, français, luxembourgeois et néerlandais mais aussi des collectifs de chauffeurs routiers indépendants de plusieurs pays européens, soulignent toutefois que l'action aura lieu après l'heure de pointe et ne vise donc pas les navetteurs. Pour enrayer le phénomène du dumping social qui touche leur secteur, les ouvriers du transport demandent l'application de plusieurs mesures, comme un salaire unique pour tous les chauffeurs travaillant dans un même pays, le retour obligatoire vers le pays d'origine après trois missions de cabotage routier en une semaine, un meilleur contrôle de l'interdiction européenne des sociétés boîtes aux lettres ou encore l'introduction d'un salaire minimum européen. (WDM)