Tous vos collaborateurs connaissent-ils la stratégie de l'entreprise ? Savent-ils comment y participer ? Encouragez-vous l'innovation de manière générale et pas seulement au sein du département Recherche & Développement ? Votre société affiche-t-elle une croissance honorable ?
...

Tous vos collaborateurs connaissent-ils la stratégie de l'entreprise ? Savent-ils comment y participer ? Encouragez-vous l'innovation de manière générale et pas seulement au sein du département Recherche & Développement ? Votre société affiche-t-elle une croissance honorable ? Si la réponse à ces quatre questions est "oui", votre entreprise a toutes les chances pour décrocher le label de qualité Best Managed Companies que le consultant Deloitte Private et le spécialiste en gestion de patrimoine Econopolis viennent de décerner pour la première fois en Belgique. Les sept premières entreprises qui peuvent afficher ce label dans notre pays sont CE+T, EASI, E.D.&A., LVD Company, Protime, Vanbreda Risk & Benefits et Vandersanden Group. Best Managed Companies ne met pas les entreprises en compétition, comme le fait par exemple Great Place To Work. "Les sociétés participantes suivent un programme de coaching au terme duquel un jury indépendant les évalue sur la base de nos critères", explique Nikolaas Tahon, managing partner chez Deloitte Private. "Nous récompensons les entreprises les plus performantes en termes de stratégie, connaissances et compétences, implication et croissance durable." Lancé il y a un quart de siècle au Canada, ce programme s'est décliné ensuite au Chili, en Irlande, au Mexique, aux Pays-Bas et en Italie. La Belgique a accueilli cette année sa première édition des Best Managed Companies. Objectif : coacher dans leur processus de croissance les managers, équipes de direction et conseils d'administration de sociétés privées affichant un chiffre d'affaires supérieur à 10 millions d'euros. Il s'agit souvent d'entreprises familiales. L'implication"Nous planifions avec chaque société participante entre trois et quatre séances de coaching d'une demi-journée", détaille Bruno Peelaers, directeur du programme Best Managed Companies pour la Belgique. "Nous incitons la direction à analyser sa stratégie et sa capacité à innover, ainsi qu'à impliquer ses effectifs. Au préalable, nous communiquons à chaque entreprise ses points forts et ses points faibles." Les quinze coachs de Deloitte Private peuvent s'appuyer sur l'expertise d'Econopolis dans des domaines comme les tendances et défis actuels, le comportement en pleine mutation des consommateurs et les marchés disruptifs. La stratégie Sur la base de l'exemple canadien et des résultats des premiers programmes de coaching, Nikolaas Tahon de Deloitte Private a mis en lumière les spécificités des entreprises privées belges. "Nous savons que les sociétés augmentent leurs chances de réussite à partir du moment où elles communiquent ouvertement sur leur stratégie et donnent à leurs collaborateurs les clés pour y contribuer", conclut Nikolaas Tahon. "Durant les séances de coaching, nous examinons si la stratégie est partagée dans l'entreprise dans son ensemble et demandons à la direction si tout le monde est sur la même longueur d'onde. Chaque partie prenante sait-elle comment apporter sa contribution ? Ou la stratégie reste-t-elle le secret le mieux gardé du CEO ?" "Les Best Managed Companies créent des conditions favorables à l'innovation à tous les échelons", constate Bruno Peelaers. "Elles font preuve d'innovation de manière proactive selon leur vision à long terme et les desideratas de leurs clients. Les plus innovantes entretiennent une interaction soutenue avec ces derniers. Elles se mettent en permanence au défi de faire la différence." Nikolaas Tahon observe également les efforts notables de ces sociétés en termes de gestion de personnel. "Elles ne licencient plus systématiquement les collaborateurs qui décrochent. Bien au contraire. Elles organisent pour eux des séances de reconversion, leur proposent un autre job, les encouragent à se développer et à évoluer conformément au marché et à leur entreprise. De cette manière, elles parviennent à leur faire acquérir de nouvelles compétences d'une manière presque naturelle." Les défisUne pierre d'achoppement est que la culture et le leadership au sein des entreprises familiales dépendent souvent fortement d'une seule personne. "On trouve généralement à leur tête un CEO très stratégique qui représente pour ainsi dire toute l'entreprise", commente Nikolaas Tahon. "Une situation qui peut engendrer de grandes réussites, mais aussi un risque quant à leur durabilité." La diversité représente un autre défi majeur. "Les CEO récompensés sont tous des hommes blancs, entre quarante et soixante ans", constate Bruno Peelaers. "Il y a peu de femmes et peu de profils techniques parmi les dirigeants d'entreprise. Des améliorations en termes de diversité sont donc souhaitables." Une meilleure diversité dans la direction augmente les chances de réussite", ajoute Nikolaas Tahon. "Pour gagner, une équipe de football a besoin d'un bon attaquant, certes, mais aussi d'excellents défenseurs et milieux de terrain, ainsi que d'un gardien de but performant. À l'échelle de l'entreprise, la meilleure équipe est aussi celle qui compte des profils variés." Si le jury n'a récompensé que sept entreprises sur les vingt et plus qui ont suivi le programme de coaching, c'est aussi en raison de l'attention accordée à la croissance durable. "C'est logique", souligne Bruno Peelaers. "De nombreuses entreprises ont pris part à ce programme parce qu'elles avaient entamé un processus de changement, mais la croissance ne sera au rendez-vous qu'au terme de ce processus." Traduction : virginie·dupont·sprl