Les postiers des bureaux de Tournai et de Soignies sont partis en grève lundi matin pour marquer leur ras-le-bol face à leurs conditions de travail qu'ils estiment inhumaines. Mardi matin, le mouvement s'est durci sur les deux fronts. Les syndicats de bpost espèrent que la direction apportera rapidement des réponses pour pallier le manque de personnel dans certaines régions du pays. "La poste nous dit cependant que nous n'avons pas de raisons de nous plaindre", a indiqué Luc Vanhaverbeke de la CSC. "Nous demandons simplement que les tournées soient calculées correctement. Or c'est loin d'être le cas. A Tournai, certains services comportent plus de 1.000 boîtes aux lettres, ce qui est incroyable." Aux postiers grévistes de lundi sont venus s'ajouter des agents d'autres services comme les guichetiers, les femmes de ménage et le personnel d'entretien. "Tous les secteurs subissent la même pression de bpost. Même des agents en congé sont venus aux piquets par solidarité. Notre mouvement s'est durci car bpost nous ignore. Et on peut comprendre la détermination des agents dans cette action: un facteur auxiliaire gagne 1.100 euros par mois et en perd 70 par jour de grève, ce qui est très conséquent. Nous attendons toujours un signal fort de la direction." La CSC n'exclut pas que d'autres bureaux de poste partent également en grève durant la journée de mardi. (COR 845)

Les postiers des bureaux de Tournai et de Soignies sont partis en grève lundi matin pour marquer leur ras-le-bol face à leurs conditions de travail qu'ils estiment inhumaines. Mardi matin, le mouvement s'est durci sur les deux fronts. Les syndicats de bpost espèrent que la direction apportera rapidement des réponses pour pallier le manque de personnel dans certaines régions du pays. "La poste nous dit cependant que nous n'avons pas de raisons de nous plaindre", a indiqué Luc Vanhaverbeke de la CSC. "Nous demandons simplement que les tournées soient calculées correctement. Or c'est loin d'être le cas. A Tournai, certains services comportent plus de 1.000 boîtes aux lettres, ce qui est incroyable." Aux postiers grévistes de lundi sont venus s'ajouter des agents d'autres services comme les guichetiers, les femmes de ménage et le personnel d'entretien. "Tous les secteurs subissent la même pression de bpost. Même des agents en congé sont venus aux piquets par solidarité. Notre mouvement s'est durci car bpost nous ignore. Et on peut comprendre la détermination des agents dans cette action: un facteur auxiliaire gagne 1.100 euros par mois et en perd 70 par jour de grève, ce qui est très conséquent. Nous attendons toujours un signal fort de la direction." La CSC n'exclut pas que d'autres bureaux de poste partent également en grève durant la journée de mardi. (COR 845)