L'entreprise en question était en fait une société "boîte aux lettres" montée par deux personnalités de la pègre parisienne. Le bancassureur n'était qu'une interface dans ce carrousel TVA. Elle était en droit de demander le remboursement de la TVA à l'Etat belge. "Nous avons décidé de ne pas réclamer ces 70 millions d'euros de TVA à l'Etat", déclare la porte-parole de BNP Paribas Fortis. "Je tiens à souligner que cela n'aura pas d'influence sur les comptes de la banque. Il ne s'agit que d'un manque à gagner", ajoute-t-elle. (DOMINIQUE FAGET)

L'entreprise en question était en fait une société "boîte aux lettres" montée par deux personnalités de la pègre parisienne. Le bancassureur n'était qu'une interface dans ce carrousel TVA. Elle était en droit de demander le remboursement de la TVA à l'Etat belge. "Nous avons décidé de ne pas réclamer ces 70 millions d'euros de TVA à l'Etat", déclare la porte-parole de BNP Paribas Fortis. "Je tiens à souligner que cela n'aura pas d'influence sur les comptes de la banque. Il ne s'agit que d'un manque à gagner", ajoute-t-elle. (DOMINIQUE FAGET)