Une enquête interne à la banque aurait démontré que des transactions ont été réalisées avec des pays contre lesquels les Etats-Unis ont pris des sanctions économiques, à l'image de l'Iran par exemple. Des employés de BNP Paribas auraient ensuite tenté de changer les codes de ces transactions, afin que l'on ne puisse pas en retracer l'origine. La banque française est actuellement en négociations avec les autorités américaines afin de régler cette affaire. Ces cinq dernières années, plusieurs autres banques européennes, dont notamment la néerlandaise ING, ont abouti à de tels accords avec Washington après avoir elles aussi enfreint le régime de sanctions établi contre l'Iran, la Libye, le Soudan ou Cuba. Le total des amendes a atteint cinq milliards de dollars, dont 619 millions pour ING en 2012. (Belga)

Une enquête interne à la banque aurait démontré que des transactions ont été réalisées avec des pays contre lesquels les Etats-Unis ont pris des sanctions économiques, à l'image de l'Iran par exemple. Des employés de BNP Paribas auraient ensuite tenté de changer les codes de ces transactions, afin que l'on ne puisse pas en retracer l'origine. La banque française est actuellement en négociations avec les autorités américaines afin de régler cette affaire. Ces cinq dernières années, plusieurs autres banques européennes, dont notamment la néerlandaise ING, ont abouti à de tels accords avec Washington après avoir elles aussi enfreint le régime de sanctions établi contre l'Iran, la Libye, le Soudan ou Cuba. Le total des amendes a atteint cinq milliards de dollars, dont 619 millions pour ING en 2012. (Belga)