Selon cette dernière, les coûts salariaux représentent, chez Belgacom, 33 pc du chiffre d'affaires. "Dans les entreprises télécom des pays voisins, on n'atteint que les 24 pc. Je me rends compte qu'on ne pourra rattraper ce chiffre en quelques années, mais ça risque d'être un handicap pour l'avenir de l'entreprise", a-t-elle ajouté. "Nous devons regarder, avec les syndicats, comment réduire ces coûts." Autre désavantage: le fait que Belgacom soit une entreprise publique autonome. "La concurrence peut profiter des accords relatifs à l'indexation des salaires, sans autre augmentation possible, ce qui n'est pas d'application pour nous", a encore souligné Mme Leroy selon qui les économies à réaliser ne mettront pas le service en danger. (Belga)

Selon cette dernière, les coûts salariaux représentent, chez Belgacom, 33 pc du chiffre d'affaires. "Dans les entreprises télécom des pays voisins, on n'atteint que les 24 pc. Je me rends compte qu'on ne pourra rattraper ce chiffre en quelques années, mais ça risque d'être un handicap pour l'avenir de l'entreprise", a-t-elle ajouté. "Nous devons regarder, avec les syndicats, comment réduire ces coûts." Autre désavantage: le fait que Belgacom soit une entreprise publique autonome. "La concurrence peut profiter des accords relatifs à l'indexation des salaires, sans autre augmentation possible, ce qui n'est pas d'application pour nous", a encore souligné Mme Leroy selon qui les économies à réaliser ne mettront pas le service en danger. (Belga)