Emprunter une foreuse, retrouver son chat ou organiser une fête des voisins... Tout est possible sur Hoplr. Environ 120.000 personnes en Belgique et aux Pays-Bas utilisent déjà ce réseau social de voisinage. Les échanges numériques entre les habitants d'un quartier ou d'une rue restent privés et ne sont donc pas accessibles aux personnes externes.

Croissance

Hoplr a levé des fonds supplémentaires pour poursuivre sa croissance aux Pays-Bas. Contrairement à des réseaux sociaux bien connus comme Facebook, la start-up ne publie aucune publicité. Son modèle économique est basé sur la collaboration avec des organisations locales. Hoplr génère des revenus en mettant un tableau de bord à la disposition des autorités locales et des pouvoirs publics. Ceux-ci peuvent y diffuser des messages d'utilité publique, concernant des travaux de voirie ou la collecte des déchets par exemple. Les villes de Malines et d'Ostende ainsi que l'intercommunale Ivago Gand ont entre autres déjà recours à cette plateforme.

"La levée de capitaux a en effet pour objectif de booster notre croissance en Belgique et aux Pays-Bas", confirme le cofondateur Jennick Scheerlinck. "Nous voulons lancer notre réseau social de voisinage dans toutes les grandes villes du Benelux et continuer de développer nos relations à long terme avec les villes et communes."

Pour lancer son app dans de nouveaux quartiers, Hoplr envoie des lettres d'invitation. Ces dernières semaines, les habitants de nombreux quartiers de Bruxelles en ont ainsi reçu. Les utilisateurs rejoignent ensuite le bon quartier grâce à un code. Mais il est aussi possible de s'inscrire sans code ni lettre d'invitation.

Investisseurs

Belfius et Matexi ont participé à la levée de fonds de Hoplr. Belfius finance de nombreuses autorités locales. La banque a découvert Hoplr dans le cadre de sa collaboration avec l'accélérateur The Birdhouse qui a accompagné la start-up. L'année dernière, l'institution bancaire a développé davantage son partenariat avec The Birdhouse, dont elle était déjà le principal partenaire financier. Belfius et The Birdhouse ont créé ensemble le fonds d'investissement The Birdhouse, qui permet à Belfius d'investir dans les start-up du portefeuille de The Birdhouse qui lèvent des capitaux. L'investissement dans Hoplr représente la première participation de ce fonds d'investissement de 10 millions d'euros.

Basé à Waregem, le groupe immobilier Matexi a injecté des fonds dans Hoplr par le biais de son fonds d'investissement Quaeroq. Dans le cadre de ses projets immobiliers, Matexi a pour habitude de consulter très tôt les riverains. Il contribue ainsi à la cohésion sociale et favorise les interactions avec le voisinage, tout en renforçant l'adhésion sociétale à ses projets. Investir dans Hoplr lui permet de souligner cette approche.

Rentabilité en 2019

Hoplr occupe dix collaborateurs. L'app table sur un chiffre d'affaires de 250.000 euros cette année et prévoit d'atteindre le seuil de rentabilité en 2019. "Nous sommes à mi-chemin. Les élections nous ont ralentis, mais nous comptons sur de nombreux nouveaux partenariats après le 14 octobre", déclare Jennick Scheerlinck concernant les objectifs en termes de chiffre d'affaires pour 2018. À terme, Hoplr ambitionne de devenir une autorité dans la création de communautés. La plateforme collabore par exemple déjà avec imec, l'Université de Gand et EY dans le cadre de plusieurs projets de recherche visant notamment à mesurer son impact social de manière scientifique.

Traduction : virginie·dupont·sprl