Le courtage des actions a cessé sur la plate-forme électronique d'environ 18H15 GMT à 21H25 (heure de Belgique), paralysant l'indice composite Nasdaq, à dominante technologique, et plusieurs valeurs phare de la place new-yorkaise comme Apple ou Microsoft.

L'indice semble avoir finalement légèrement profité de l'incident, clôturant en hausse de 1,08% à 3.638,71 points alors qu'il était resté coincé sur une progression de 0,87% le temps de la suspension. L'action du groupe Nasdaq a en revanche perdu 3,42%, à 30,46 dollars.

"C'est la première fois que je vois une plate-forme d'échanges fermer complètement pendant autant de temps en raison d'un problème technique en plein milieu de la journée", s'est étonné Art Hogan, responsable de la stratégie d'investissements à Lazard Capital Markets.

Le gendarme des marchés boursiers américains, la SEC, avait indiqué peu après la découverte du problème qu'il "surveillait la situation" et "restait en contact étroit avec les plates-formes d'échanges".

Les sources précises de la panne restaient à éclaircir, mais elles semblent liées au système de communication permettant de placer des ordres depuis d'autres plates-formes boursières sur des actions cotées sur le Nasdaq.

Les autres places boursières, à l'instar du New York Stock Exchange, ont aussi dû suspendre le courtage de l'ensemble des valeurs échangées sur le Nasdaq.

Le courtage des actions a cessé sur la plate-forme électronique d'environ 18H15 GMT à 21H25 (heure de Belgique), paralysant l'indice composite Nasdaq, à dominante technologique, et plusieurs valeurs phare de la place new-yorkaise comme Apple ou Microsoft. L'indice semble avoir finalement légèrement profité de l'incident, clôturant en hausse de 1,08% à 3.638,71 points alors qu'il était resté coincé sur une progression de 0,87% le temps de la suspension. L'action du groupe Nasdaq a en revanche perdu 3,42%, à 30,46 dollars. "C'est la première fois que je vois une plate-forme d'échanges fermer complètement pendant autant de temps en raison d'un problème technique en plein milieu de la journée", s'est étonné Art Hogan, responsable de la stratégie d'investissements à Lazard Capital Markets. Le gendarme des marchés boursiers américains, la SEC, avait indiqué peu après la découverte du problème qu'il "surveillait la situation" et "restait en contact étroit avec les plates-formes d'échanges". Les sources précises de la panne restaient à éclaircir, mais elles semblent liées au système de communication permettant de placer des ordres depuis d'autres plates-formes boursières sur des actions cotées sur le Nasdaq. Les autres places boursières, à l'instar du New York Stock Exchange, ont aussi dû suspendre le courtage de l'ensemble des valeurs échangées sur le Nasdaq.