Un porte-parole de Visa Europe a confirmé que Visa et ses partenaires enquêtaient sur ce fait, avec l'aide de la police. Du côté de Mastercard, le hacking n'a pas été confirmé.

D'après le blog spécialisé Belsec, le hacker Reckz0r ne serait pas un bluffeur. "Il a la réputation de faire ce qu'il dit. Et s'il a effectivement dérobé 50 gigabytes de données Visa et Mastercard, c'est vraisemblablement le plus gros coup de l'année, comparable à celui réalisé au détriment de Sony en 2011."

Le géant de l'électronique japonais avait été l'objet de l'une des pires séries d'attaques jamais enregistrées sur la toile, avec le vol d'informations concernant quelque 100 millions d'utilisateurs du PlayStation Network, notamment.

Dans le cas de Reckz0r, il faut désormais attendre que le hacker donne plus d'informations sur son action. "Actuellement, la provenance des données n'est pas claire", indique Belsec. "Il s'agit probablement d'une entreprise de commerce en ligne ou de traitement de paiements qui ne protégeaient pas ses données de manière cryptée."

Avec Belga

Un porte-parole de Visa Europe a confirmé que Visa et ses partenaires enquêtaient sur ce fait, avec l'aide de la police. Du côté de Mastercard, le hacking n'a pas été confirmé. D'après le blog spécialisé Belsec, le hacker Reckz0r ne serait pas un bluffeur. "Il a la réputation de faire ce qu'il dit. Et s'il a effectivement dérobé 50 gigabytes de données Visa et Mastercard, c'est vraisemblablement le plus gros coup de l'année, comparable à celui réalisé au détriment de Sony en 2011." Le géant de l'électronique japonais avait été l'objet de l'une des pires séries d'attaques jamais enregistrées sur la toile, avec le vol d'informations concernant quelque 100 millions d'utilisateurs du PlayStation Network, notamment. Dans le cas de Reckz0r, il faut désormais attendre que le hacker donne plus d'informations sur son action. "Actuellement, la provenance des données n'est pas claire", indique Belsec. "Il s'agit probablement d'une entreprise de commerce en ligne ou de traitement de paiements qui ne protégeaient pas ses données de manière cryptée." Avec Belga