"Le gouvernement fédéral a désigné quatre des plus grosses banques d'affaires du monde pour procéder à la vente d'une première tranche d'environ 30% de la banque Belfius. Ces banques d'affaires sont là pour leur capacité à vendre 'l'opportunité Belfius' à des acheteurs potentiels: sociétés d'investissements, hedge funds et autres investisseurs internationaux à la recherche de rentabilité, là où elle se trouve. On est loin de l'ancrage local appuyé par le gouvernement il y a encore quelques mois", dénonce notamment la plate-forme dans un communiqué.

"L'intention des autorités est, depuis le début, restée la même: faire du rachat puis de la revente une simple opération financière - et c'est en ces termes qu'on essaie de nous l'imposer alors que la privatisation de la banque n'a fait l'objet d'aucun débat malgré l' impact énorme sur l'économie et la société belges", ajoute-t-elle.

La pétition sera adressée aux parlementaires "à qui il est demandé d'agir d'urgence", conclut la plate-forme.

"Le gouvernement fédéral a désigné quatre des plus grosses banques d'affaires du monde pour procéder à la vente d'une première tranche d'environ 30% de la banque Belfius. Ces banques d'affaires sont là pour leur capacité à vendre 'l'opportunité Belfius' à des acheteurs potentiels: sociétés d'investissements, hedge funds et autres investisseurs internationaux à la recherche de rentabilité, là où elle se trouve. On est loin de l'ancrage local appuyé par le gouvernement il y a encore quelques mois", dénonce notamment la plate-forme dans un communiqué. "L'intention des autorités est, depuis le début, restée la même: faire du rachat puis de la revente une simple opération financière - et c'est en ces termes qu'on essaie de nous l'imposer alors que la privatisation de la banque n'a fait l'objet d'aucun débat malgré l' impact énorme sur l'économie et la société belges", ajoute-t-elle. La pétition sera adressée aux parlementaires "à qui il est demandé d'agir d'urgence", conclut la plate-forme.