Les épargnants d'Arco reprochent à l'ancienne dirigeante, tout comme aux sociétés Arco, Belfius et l'État belge, de leur avoir diffusé des informations trompeuses. Mais Francine Swiggers a décidé de contre-attaquer en réclamant des dommages-intérêts à chaque épargnant d'Arco qui la poursuit, selon une communication de Deminor, le bureau de conseil des investisseurs lésés, aux coopérateurs. Elle fixe provisoirement les dommages à 1 euro.

M. Swiggers réclame également que chaque coopérateur concerné soit condamné à une indemnité de procédure de 1.200 euros. Cela signifie que les 2.168 coopérateurs risquent de devoir payer un total de 2,6 millions d'euros à l'ex-patronne.

Elle demande cette indemnisation en raison du "caractère manifestement déraisonnable de la réclamation" à son encontre et de "l'attitude déloyale en matière de litige" des coopérateurs. Elle estime que les coopérateurs et Deminor ont été trop loin, notamment en annonçant sont assignation via un "web-cast" en 2015.

Arco, le bras financier du mouvement ouvrier chrétien, avait été entraîné dans la chute de Dexia lors de la crise financière. Quelque 800.000 personnes y avaient perdu des économies.