Une banque islamique pourrait bientôt voir le jour en Belgique si le cadre réglementaire évolue favorablement, indique L'Echo dans son édition de vendredi. C'est en tout cas l'ambition de Mohamed Boulif, selon lequel "les choses peuvent aller très vite".

Cet économiste et consultant en finance islamique a engagé des contacts informels avec la CBFA et attend la nomination du nouveau ministre des Finances. Le cadre réglementaire devra en effet être "réinterprété", selon L'Echo.

Mohamed Boulif indique avoir également pris contact avec les banques belges, mais souligne que celles-ci restent pour l'heure très prudentes. Il envisage dès lors de faire appel aux capitaux étrangers, "en particulier du Koweït et du Qatar".

La finance islamique, qui interdit l'usure et les investissements dans les secteurs de l'armement de l'alcool ou de la pornographie, est en plein essor en Europe, en particulier au Royaume-Uni, mais aussi en Allemagne et au Luxembourg.

Trends.be, avec Belga

Une banque islamique pourrait bientôt voir le jour en Belgique si le cadre réglementaire évolue favorablement, indique L'Echo dans son édition de vendredi. C'est en tout cas l'ambition de Mohamed Boulif, selon lequel "les choses peuvent aller très vite".Cet économiste et consultant en finance islamique a engagé des contacts informels avec la CBFA et attend la nomination du nouveau ministre des Finances. Le cadre réglementaire devra en effet être "réinterprété", selon L'Echo.Mohamed Boulif indique avoir également pris contact avec les banques belges, mais souligne que celles-ci restent pour l'heure très prudentes. Il envisage dès lors de faire appel aux capitaux étrangers, "en particulier du Koweït et du Qatar".La finance islamique, qui interdit l'usure et les investissements dans les secteurs de l'armement de l'alcool ou de la pornographie, est en plein essor en Europe, en particulier au Royaume-Uni, mais aussi en Allemagne et au Luxembourg.Trends.be, avec Belga