"Il est crucial qu'une institution financière ayant connu un incident en matière de cybersécurité - que le fraudeur ait pu atteindre son but ou pas - puisse informer au plus vite les autres institutions des caractéristiques techniques de la fraude. Ce partage permettra à celles-ci de prendre les mesures nécessaires", affirme la Febelfin.

La plateforme est soutenue par Isabel Group, le prestataire de référence de services multibancaires destinés aux utilisateurs professionnels en Belgique.

Fin du mois dernier, la Febelfin avait indiqué que 146 cas de fraude liée à la banque en ligne avaient été enregistrés au premier trimestre, une hausse de 130% par rapport aux trois premiers mois de 2015. Le montant détourné était estimé à 113.707 euros, 60.000 de moins que l'an dernier.

"Il est crucial qu'une institution financière ayant connu un incident en matière de cybersécurité - que le fraudeur ait pu atteindre son but ou pas - puisse informer au plus vite les autres institutions des caractéristiques techniques de la fraude. Ce partage permettra à celles-ci de prendre les mesures nécessaires", affirme la Febelfin. La plateforme est soutenue par Isabel Group, le prestataire de référence de services multibancaires destinés aux utilisateurs professionnels en Belgique. Fin du mois dernier, la Febelfin avait indiqué que 146 cas de fraude liée à la banque en ligne avaient été enregistrés au premier trimestre, une hausse de 130% par rapport aux trois premiers mois de 2015. Le montant détourné était estimé à 113.707 euros, 60.000 de moins que l'an dernier.