Au 30 juin 2014, le ratio de fonds propres de catégorie 1 des 98 grands établissements examinés dans ce rapport se situaient en moyenne à 10,8%, contre 10,2% six mois plus tôt, a indiqué dans un communiqué ce comité chargé de définir les règles applicables aux banques.

A cette date, tous les grandes banques étudiées dans ce panel répondaient aux exigences minimales tandis que les sommes qui restaient à réunir pour atteindre les exigences plus élevées se sont encore réduites, a-t-il précisé.

Les grandes banques devaient encore lever 3,9 milliards d'euros, contre 15,1 milliards six mois plus tôt, pour que toutes parviennent à l'objectif de 7% concernant leur ratio fonds propres de catégorie 1, auquel s'ajoute un coussin de capitaux supplémentaire pour les établissements "d'importance systémique", c'est-à-dire considérés comme trop gros pour faire faillite.

Ces exigences, définies aux lendemains de la crise financière afin d'éviter que les contribuables ne soient obligés de voler à la rescousse des banques comme cela avait été le cas après la faillite de l'américain Lehman Brothers, doivent entrer en vigueur le 1er janvier 2019.