Le lamento des banquiers se fait entendre depuis quelques années déjà. L'assouplissement monétaire de la BCE a créé un environnement dans lequel les taux d'intérêt tant à court terme qu'à long terme sont historiquement bas. Pour les institutions de crédit, qui gagnent traditionnellement leur vie grâce à la transformation des dépôts à court terme en crédits en investissements à long terme, c'est une donnée pénible. La banque belge ordinaire est en effet dépendante, à hauteur de 80% de ses revenus, de la marge d'intérêt sur ce processus de transformation.
...