Le ministre a chargé le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) à autoriser le versement d'une indemnité en cas de réduction du temps de travail motivée par la hausse du franc suisse. Le but de cette opération exceptionnelle est d'éviter les licenciements.

Le ministre de l'économie avait déjà mentionné ce dispositif la semaine dernière, en évoquant les mesures à prendre après que la Banque nationale suisse (BNS) a supprimé le taux plancher de l'euro, ce qui a fait flamber le franc suisse.

La hausse de la monnaie suisse, "extraordinaire par son ampleur et sa portée", justifie des mesures exceptionnelles, a souligné le ministère suisse de l'économie. La Suisse avait déjà recouru à cette mesure pour faire face à la crise financière de 2008.

La hausse du franc pénalise les entreprises suisses, qui ont de plus en plus de mal à exporter leurs produits, devenus trop chers pour les acheteurs étrangers.

Le ministre a chargé le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) à autoriser le versement d'une indemnité en cas de réduction du temps de travail motivée par la hausse du franc suisse. Le but de cette opération exceptionnelle est d'éviter les licenciements.Le ministre de l'économie avait déjà mentionné ce dispositif la semaine dernière, en évoquant les mesures à prendre après que la Banque nationale suisse (BNS) a supprimé le taux plancher de l'euro, ce qui a fait flamber le franc suisse.La hausse de la monnaie suisse, "extraordinaire par son ampleur et sa portée", justifie des mesures exceptionnelles, a souligné le ministère suisse de l'économie. La Suisse avait déjà recouru à cette mesure pour faire face à la crise financière de 2008.La hausse du franc pénalise les entreprises suisses, qui ont de plus en plus de mal à exporter leurs produits, devenus trop chers pour les acheteurs étrangers.