Un document enregistré au tribunal fédéral de Manhattan vendredi soir indique que la plainte de King County, dans l'Etat de Washington, et celle de Abu Dhabi Commercial Bank, ont été "abandonnées à la suite d'un accord amiable", dont les montants n'ont pas été dévoilés par les parties.

"McGraw-Hill a mis fin aux litiges avec Abou Dhabi et King County sans aucune admission de culpabilité ou de responsabilité. Les termes de l'accord sont confidentiels", a indiqué à l'AFP un porte-parole de McGraw Hill, la maison-mère de Standard and Poor's.

Cet accord amiable intervient quelques jours avant le début prévu d'un procès qui aurait été le premier à tester la défense des deux grandes agences de notation sur la crise des subprimes. Le procès aurait été particulièrement crucial pour S&P qui fait aussi l'objet d'une plainte déposée en février par le gouvernement américain, qui veut recouvrer quelque 5 milliards de dollars de pertes subies par des investisseurs qui auraient acheté des produits dérivés de crédits hypothécaires très risqués sur la foi de notes de S&P excessivement optimistes. Le département américain de la Justice accuse S&P d'avoir en toute connaissance de cause accordé des notes complaisantes pour préserver sa part de marché dans les produits dérivés.

Un document enregistré au tribunal fédéral de Manhattan vendredi soir indique que la plainte de King County, dans l'Etat de Washington, et celle de Abu Dhabi Commercial Bank, ont été "abandonnées à la suite d'un accord amiable", dont les montants n'ont pas été dévoilés par les parties. "McGraw-Hill a mis fin aux litiges avec Abou Dhabi et King County sans aucune admission de culpabilité ou de responsabilité. Les termes de l'accord sont confidentiels", a indiqué à l'AFP un porte-parole de McGraw Hill, la maison-mère de Standard and Poor's. Cet accord amiable intervient quelques jours avant le début prévu d'un procès qui aurait été le premier à tester la défense des deux grandes agences de notation sur la crise des subprimes. Le procès aurait été particulièrement crucial pour S&P qui fait aussi l'objet d'une plainte déposée en février par le gouvernement américain, qui veut recouvrer quelque 5 milliards de dollars de pertes subies par des investisseurs qui auraient acheté des produits dérivés de crédits hypothécaires très risqués sur la foi de notes de S&P excessivement optimistes. Le département américain de la Justice accuse S&P d'avoir en toute connaissance de cause accordé des notes complaisantes pour préserver sa part de marché dans les produits dérivés.