Le conseil d'administration de la banque orange a retiré sa proposition salariale après s'être fait tirer les oreilles par le Premier ministre néerlandais Marc Rutte et le grand argentier Wopke Hoekstra.
...

Le conseil d'administration de la banque orange a retiré sa proposition salariale après s'être fait tirer les oreilles par le Premier ministre néerlandais Marc Rutte et le grand argentier Wopke Hoekstra. La méthode qui avait été choisie pour récompenser le PDG attirait déjà les critiques : elle consistait à octroyer un bonus fixe sans condition afin de pouvoir échapper aux règles néerlandaises qui empêche le salaire variable de dépasser 20 % du salaire fixe. Mais en plus, était-il " urgent ", comme le clamaient les administrateurs, d'augmenter le PDG d'un groupe sauvé par le contribuable voici 10 ans ? Finalement non. D'autant plus que la banque est soumise à une enquête judiciaire approfondie pour complicité de blanchiment et que le bénéfice du groupe est certes en augmentation en 2017, mais de 5,5 %... Ce n'est pas la première fois que Ralph Hamers a des problèmes de " communication ". Il avait déjà choqué en 2015 en augmentant la partie fixe de son salaire (pour la porter à 1,66 million) tout en annonçant que la banque allait se restructurer fortement. Et un an plus tard, il s'était attiré aussi les foudres de l'opinion en parlant de " choses excitantes " alors qu'il allait lancer un plan intégrant le licenciement de 7.000 personnes. Les administrateurs d'ING avait pourtant essayé, cette fois-ci, de justifier économiquement la hausse salariale en s'appuyant sur un groupe de multinationales dans lequel ING se trouvait à la 19e position (en taille) alors que Ralph Hamers, même après son augmentation, n'aurait été que le 44e salaire. Plus la taille d'un groupe est imposante, plus le salaire du patron devrait-il être élevé ? C'est pour le moins discutable. Takashi Omayada, le patron de Bank of Tokyo Mitsubishi (2.300 milliards d'euros de total de bilan, presque trois fois plus qu'ING) n'est rémunéré " que " 1,25 million d'euros par an.