A lire aussi: Le patron d'ING se voit accorder une augmentation de 50%
...

Le groupe bancaire ING est sous le feu d'une vaste enquête des justices américaine et néerlandaise, a révélé voici quelques jours le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad. La banque serait en effet impliquée dans quatre affaires de blanchiment et de corruption, parmi lesquelles l'affaire Vimpelcom (une affaire de corruption des autorités ouzbèkes) et un vaste mécanisme de blanchiment d'argent impliquant la famille Grynzstein et Robbie Dos Santos, le roi de la loterie à Curaçao. Les Grynzstein montaient des transactions fictives qui consistaient, en réalité, à acheter les dollars que Dos Santos voulait blanchir, en empochant une belle commission. Ces dollars étaient ensuite réutilisés au Venezuela, un pays en manque de devises étrangères. Plusieurs centaines de millions de dollars auraient été lessivés de cette manière. L'affaire Vimpelcom est un vaste dossier de corruption internationale qui impliquerait les autorités ouzbèkes, et plus spécialement certains membres de la famille de l'ancien président Karimov. Vimpeclom, société de droit néerlandais mais créée avec des capitaux russes, est un des principaux opérateurs mobiles en Russie. Le groupe, ainsi que l'opérateur nordique Telia/Sonera, aurait soudoyé les autorités ouzbèkes pour obtenir des licences télécoms. Afin d'éteindre une procédure lancée à la fois par les autorités américaines (Vimpelcom est coté sur le marché américain) et néerlandaises, Vimpelcom a accepté de payer une transaction de 795 millions de dollars. Or, tant dans le dossier Vimpelcom que dans celui Dos Santos, les flux financiers seraient passés par des comptes d'ING, ce qui donne " une image représentative d'une politique de contrôle largement défaillante " du groupe bancaire, fait observer un policier néerlandais au parquet. La banque aurait en effet tardé, voire omis, de dénoncer ces mouvements suspects. Procédure exceptionnelle, ING a donc été mise sous la curatelle de la justice néerlandaise et de l'administration fiscale. Grace à ce " monitoring", les autorités néerlandaises pourront ainsi avoir davantage de latitude pour examiner les affaires du groupe et s'assurer que d'autres cadavres ne traînent pas dans les placards.