Le PC Banking des grandes banques belges fait face depuis une dizaine de jours à un logiciel malveillant. Une série de clients ont perdu de l'argent mais il n'est pas encore établi qu'ils seront tous indemnisés.

Test-Achats s'insurge contre l'idée que l'utilisateur d'aujourd'hui est censé être un spécialiste en informatique qui est capable de reconnaître d'éventuelles tentatives de fraude. "Nous n'admettons également pas que les banques accusent de relative négligence un consommateur qui n'a pas mis à jour son anti-virus et refusent dès lors toute indemnisation", selon l'organisation de consommateurs. "Chaque consommateur doit faire preuve de la prudence nécessaire mais il ne doit en aucun cas supporter le risque technologique lors de l'utilisation du PC Banking."

D'après Test-Achats, la banque est toujours responsable, en raison de la loi sur les transferts électroniques d'argent, pour la non-exécution ou manque d'exécution de transactions et pour les transactions qui sont exécutées sans l'autorisation du propriétaire. "La banque doit indemniser le client pour chaque transaction qui est exécutée à tort", selon Test-Achats.

L'organisation de consommateurs promet de tenir la problématique à l'oeil et de dénoncer d'éventuels manquements.

Trends.be avec Belga

Le PC Banking des grandes banques belges fait face depuis une dizaine de jours à un logiciel malveillant. Une série de clients ont perdu de l'argent mais il n'est pas encore établi qu'ils seront tous indemnisés. Test-Achats s'insurge contre l'idée que l'utilisateur d'aujourd'hui est censé être un spécialiste en informatique qui est capable de reconnaître d'éventuelles tentatives de fraude. "Nous n'admettons également pas que les banques accusent de relative négligence un consommateur qui n'a pas mis à jour son anti-virus et refusent dès lors toute indemnisation", selon l'organisation de consommateurs. "Chaque consommateur doit faire preuve de la prudence nécessaire mais il ne doit en aucun cas supporter le risque technologique lors de l'utilisation du PC Banking." D'après Test-Achats, la banque est toujours responsable, en raison de la loi sur les transferts électroniques d'argent, pour la non-exécution ou manque d'exécution de transactions et pour les transactions qui sont exécutées sans l'autorisation du propriétaire. "La banque doit indemniser le client pour chaque transaction qui est exécutée à tort", selon Test-Achats. L'organisation de consommateurs promet de tenir la problématique à l'oeil et de dénoncer d'éventuels manquements. Trends.be avec Belga