La devise russe a atteint le niveau jamais vu de 140 roubles pour un dollar à 11H20 GMT, tandis qu'un record a été atteint face à la devise européenne peu après, à 12H00 GMT, avec près de 152 roubles pour un euro.

Ce possible embargo occidental, sanction ultime qui mettrait la Russie à genoux, a également fait de nouveau flamber les prix de l'or noir, tandis que les marchés boursiers craignent une inflation tenace et un ralentissement économique.

La Bourse russe est fermée depuis le 25 février, le lendemain de l'entrée des troupes russes en Ukraine, et ne doit rouvrir que le mercredi 9 mars.

Depuis cette date, la devise russe a perdu près de la moitié de sa valeur.

Les Etats-Unis envisagent d'interdire les importations de pétrole russe. Une possibilité en discussion avec l'Union européenne. L'Allemagne s'oppose pour sa part à un embargo sur gaz, pétrole et charbon russes.

La devise russe a atteint le niveau jamais vu de 140 roubles pour un dollar à 11H20 GMT, tandis qu'un record a été atteint face à la devise européenne peu après, à 12H00 GMT, avec près de 152 roubles pour un euro. Ce possible embargo occidental, sanction ultime qui mettrait la Russie à genoux, a également fait de nouveau flamber les prix de l'or noir, tandis que les marchés boursiers craignent une inflation tenace et un ralentissement économique. La Bourse russe est fermée depuis le 25 février, le lendemain de l'entrée des troupes russes en Ukraine, et ne doit rouvrir que le mercredi 9 mars. Depuis cette date, la devise russe a perdu près de la moitié de sa valeur. Les Etats-Unis envisagent d'interdire les importations de pétrole russe. Une possibilité en discussion avec l'Union européenne. L'Allemagne s'oppose pour sa part à un embargo sur gaz, pétrole et charbon russes.