L'encours élevé des crédits se traduit par une progression de 3,2% du montant des nouveaux crédits au cours du 2e trimestre. Par contre, le nombre de nouveaux crédits octroyés a diminué de 4,1%, précise Febelfin qui constate par ailleurs une stabilisation des demandes de crédit, tant en nombre (+0,1%) qu'en montant (+0,8%).

Quant au degré de refus constaté lors du 2e trimestre de 2017, il est supérieur à celui enregistré au cours du 2e trimestre des 3 années précédentes, "mais il se situe toujours sensiblement en-deça du niveau de la période 2010 à 2013", poursuit la fédération.

"Du baromètre trimestriel des crédits de Febelfin, il ressort que les banques ont octroyé un montant de crédits supérieur aux entreprises au deuxième trimestre de 2017. En combinaison avec le léger assouplissement des conditions de crédit par les banques, le maintien du taux moyen faible des nouveaux crédits aux entreprises et le degré d'utilisation historiquement élevé des crédits octroyés, cette évolution permet à l'encours des crédits aux entreprises d'atteindre un nouveau record au cours du deuxième trimestre de 2017", commente pour sa part Luc Vansteenkiste, le président de la plate-forme 'Financement des entreprises".

L'encours élevé des crédits se traduit par une progression de 3,2% du montant des nouveaux crédits au cours du 2e trimestre. Par contre, le nombre de nouveaux crédits octroyés a diminué de 4,1%, précise Febelfin qui constate par ailleurs une stabilisation des demandes de crédit, tant en nombre (+0,1%) qu'en montant (+0,8%). Quant au degré de refus constaté lors du 2e trimestre de 2017, il est supérieur à celui enregistré au cours du 2e trimestre des 3 années précédentes, "mais il se situe toujours sensiblement en-deça du niveau de la période 2010 à 2013", poursuit la fédération. "Du baromètre trimestriel des crédits de Febelfin, il ressort que les banques ont octroyé un montant de crédits supérieur aux entreprises au deuxième trimestre de 2017. En combinaison avec le léger assouplissement des conditions de crédit par les banques, le maintien du taux moyen faible des nouveaux crédits aux entreprises et le degré d'utilisation historiquement élevé des crédits octroyés, cette évolution permet à l'encours des crédits aux entreprises d'atteindre un nouveau record au cours du deuxième trimestre de 2017", commente pour sa part Luc Vansteenkiste, le président de la plate-forme 'Financement des entreprises".