La confiance des investisseurs est ainsi au plus haut niveau depuis le début de l'étude en 2016. Les anticipations de rendement annuel moyen des investisseurs pour les cinq prochaines années s'élèvent à 10,7%, contre 9,7% prévu il y a un an. Les investisseurs qui se classent eux-mêmes comme "experts/avancés" sont les plus optimistes, avec des attentes de rendement de 12,48%, alors que les investisseurs se désignant eux-mêmes comme étant "débutants/rudimentaires" s'attendent à un rendement de 8,40%.

L'enquête de Schroders constate qu'il y aura un avant et un après pandémie. "Une plus grande focalisation sur l'épargne, le bien-être financier et les investissements durables devraient compter parmi les legs durables de la pandémie", estime le gestionnaire d'investissements.

Ainsi, en 2020, 45% des investisseurs belges ont épargné autant qu'ils le prévoyaient alors qu'un pourcentage similaire de personnes (44%) a épargné plus que prévu. Cela s'explique notamment par certaines baisses de dépenses (restaurants, voyages, loisirs...) dans le contexte des confinements. Seulement 11% des investisseurs belges n'ont pas été en mesure d'épargner autant que prévu.

En outre, un investisseur belge sur deux (51%) se dit favorable au passage à un portefeuille durable, tout en maintenant le même niveau de risque et de diversification.

La confiance des investisseurs est ainsi au plus haut niveau depuis le début de l'étude en 2016. Les anticipations de rendement annuel moyen des investisseurs pour les cinq prochaines années s'élèvent à 10,7%, contre 9,7% prévu il y a un an. Les investisseurs qui se classent eux-mêmes comme "experts/avancés" sont les plus optimistes, avec des attentes de rendement de 12,48%, alors que les investisseurs se désignant eux-mêmes comme étant "débutants/rudimentaires" s'attendent à un rendement de 8,40%. L'enquête de Schroders constate qu'il y aura un avant et un après pandémie. "Une plus grande focalisation sur l'épargne, le bien-être financier et les investissements durables devraient compter parmi les legs durables de la pandémie", estime le gestionnaire d'investissements. Ainsi, en 2020, 45% des investisseurs belges ont épargné autant qu'ils le prévoyaient alors qu'un pourcentage similaire de personnes (44%) a épargné plus que prévu. Cela s'explique notamment par certaines baisses de dépenses (restaurants, voyages, loisirs...) dans le contexte des confinements. Seulement 11% des investisseurs belges n'ont pas été en mesure d'épargner autant que prévu. En outre, un investisseur belge sur deux (51%) se dit favorable au passage à un portefeuille durable, tout en maintenant le même niveau de risque et de diversification.