L'Europe, après un recul prononcé, réduisait ses pertes: Paris était en recul de 0,27% et Francfort de 0,36% mais Londres (+0,55%) et Milan (+0,42%) étaient revenus dans le vert vers 12H40 GMT.

Après les montagnes russes de mercredi - l'indice technologique Nasdaq gagnant plus de 3% en séance pour finir à l'équilibre (+0,02%)- les marchés américains hésitaient avant l'ouverture: le Dow Jones perdait 0,27% mais le Nasdaq prenait 0,15% dans les contrats à terme.

Dans la nuit, l'Asie a fortement tangué: la Bourse de Tokyo a chuté de 3,11%. Les Bourses chinoises ont terminé aussi largement dans le rouge (Shanghai -1,78% et Hong Kong -1,99%)

Le baril de Brent tutoyait les 91 dollars, un jour après avoir dépassé les 90 dollars pour la première fois depuis 2014.

Le président de la Fed Jerome Powell a confirmé que l'institution prévoyait une hausse des taux directeurs en mars sans précision sur l'ampleur de la hausse envisagée. Et la Fed est en outre prête à réduire son bilan, gonflé par deux années d'achats d'actifs, "plus tôt" et "peut-être plus vite" que ce qu'elle avait fait lors de sa dernière tentative, en 2017, selon son président.

"Si la Réserve fédérale s'est montrée sensible aux tensions du marché par le passé, il est plus difficile de changer de cap avec une inflation de 7%, un taux de chômage inférieur à 4%, des taux d'intérêt réels profondément négatifs", note James McCann, un économiste de la société d'investissement Abrdn.

5,5 milliards de profit pour Tesla

Tesla, bénéficiant de l'engouement pour ses véhicules électriques, a dégagé un profit record de 5,5 milliards de dollars en 2021, et un chiffre d'affaires en hausse de 71%, mais a prévenu que des défis logistiques pourraient persister tout au long de l'année. L'action reculait de 0,82% dans les échanges électroniques d'avant-séance.

Les entreprises technologiques européennes étaient sous pression. A Francfort, le géant allemand des logiciels SAP plongeait de 6,12% à 110,62 euros, après avoir annoncé ses résultats et le rachat de la fintech américaine Taulia.

Dr. Martens trébuche

Le ralentissement de la croissance des ventes prévu par la marque de chaussures Dr Martens faisait chuter son action de 11,63% à 285,60 pence. Depuis son entrée en Bourse, en janvier 2021, l'entreprise a perdu un tiers de sa valorisation.

Les banques apprécient la remontée des taux

Le secteur bancaire était bien orienté, à rebours des indices, profitant des perspectives de hausse des taux avec la politique de la Fed.

HSBC prenait 3,83% à 542,70 pence, Standard Chartered 4,58% à 548,00 pence à Londres et BNP Paribas 1,42% à 64,86 euros à Paris.

Les investisseurs ont aussi salué le meilleur résultat net annuel de la Deutsche Bank depuis 10 ans et l'annonce concomitante d'un retour du dividende (5,55% à 12,05 euros).

Pétrole et dollars se renforcent encore

Les cours du pétrole continuaient leur ascension, toujours galvanisés par la crise Ukraine-Russie, après avoir dépassé de nouveaux records la veille, dont la barre symbolique des 90 dollars le baril pour le Brent.

Vers 12H20 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 0,91% à 90,79 dollars, peu après avoir touché 90,98 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison le même mois gagnait 0,90% à 88,16 dollars.

L'euro fléchissait encore, valant 1,1160 dollar (-0,71%) vers 12H30 GMT, sous ses plus bas de 2021.

Le bitcoin, au rebond depuis le début de la semaine après de lourdes pertes, prenait 0,83% à 36.660 dollars.

L'Europe, après un recul prononcé, réduisait ses pertes: Paris était en recul de 0,27% et Francfort de 0,36% mais Londres (+0,55%) et Milan (+0,42%) étaient revenus dans le vert vers 12H40 GMT. Après les montagnes russes de mercredi - l'indice technologique Nasdaq gagnant plus de 3% en séance pour finir à l'équilibre (+0,02%)- les marchés américains hésitaient avant l'ouverture: le Dow Jones perdait 0,27% mais le Nasdaq prenait 0,15% dans les contrats à terme. Dans la nuit, l'Asie a fortement tangué: la Bourse de Tokyo a chuté de 3,11%. Les Bourses chinoises ont terminé aussi largement dans le rouge (Shanghai -1,78% et Hong Kong -1,99%) Le baril de Brent tutoyait les 91 dollars, un jour après avoir dépassé les 90 dollars pour la première fois depuis 2014. Le président de la Fed Jerome Powell a confirmé que l'institution prévoyait une hausse des taux directeurs en mars sans précision sur l'ampleur de la hausse envisagée. Et la Fed est en outre prête à réduire son bilan, gonflé par deux années d'achats d'actifs, "plus tôt" et "peut-être plus vite" que ce qu'elle avait fait lors de sa dernière tentative, en 2017, selon son président. "Si la Réserve fédérale s'est montrée sensible aux tensions du marché par le passé, il est plus difficile de changer de cap avec une inflation de 7%, un taux de chômage inférieur à 4%, des taux d'intérêt réels profondément négatifs", note James McCann, un économiste de la société d'investissement Abrdn. 5,5 milliards de profit pour TeslaTesla, bénéficiant de l'engouement pour ses véhicules électriques, a dégagé un profit record de 5,5 milliards de dollars en 2021, et un chiffre d'affaires en hausse de 71%, mais a prévenu que des défis logistiques pourraient persister tout au long de l'année. L'action reculait de 0,82% dans les échanges électroniques d'avant-séance.Les entreprises technologiques européennes étaient sous pression. A Francfort, le géant allemand des logiciels SAP plongeait de 6,12% à 110,62 euros, après avoir annoncé ses résultats et le rachat de la fintech américaine Taulia.Dr. Martens trébucheLe ralentissement de la croissance des ventes prévu par la marque de chaussures Dr Martens faisait chuter son action de 11,63% à 285,60 pence. Depuis son entrée en Bourse, en janvier 2021, l'entreprise a perdu un tiers de sa valorisation. Les banques apprécient la remontée des tauxLe secteur bancaire était bien orienté, à rebours des indices, profitant des perspectives de hausse des taux avec la politique de la Fed. HSBC prenait 3,83% à 542,70 pence, Standard Chartered 4,58% à 548,00 pence à Londres et BNP Paribas 1,42% à 64,86 euros à Paris. Les investisseurs ont aussi salué le meilleur résultat net annuel de la Deutsche Bank depuis 10 ans et l'annonce concomitante d'un retour du dividende (5,55% à 12,05 euros).Pétrole et dollars se renforcent encoreLes cours du pétrole continuaient leur ascension, toujours galvanisés par la crise Ukraine-Russie, après avoir dépassé de nouveaux records la veille, dont la barre symbolique des 90 dollars le baril pour le Brent.Vers 12H20 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 0,91% à 90,79 dollars, peu après avoir touché 90,98 dollars.À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison le même mois gagnait 0,90% à 88,16 dollars.L'euro fléchissait encore, valant 1,1160 dollar (-0,71%) vers 12H30 GMT, sous ses plus bas de 2021. Le bitcoin, au rebond depuis le début de la semaine après de lourdes pertes, prenait 0,83% à 36.660 dollars.