L'étude, citée dans Le Soir lundi, passe en revue toutes les transactions boursières réalisées entre janvier 2018 et fin décembre 2021 par des personnes physiques via des courtiers basés en Belgique (banques) et ce pour deux produits : les actions - qu'elles soient belges ou étrangères - et les ETF (ou trackers), c'est-à-dire des fonds d'investissement diversifiés cotés en Bourse.

La FSMA observe qu'alors qu'ils ne pesaient encore que 4,5 % du total des investisseurs belges particuliers en 2018, les moins de 30 ans représentaient 9,9 % en 2021. Soit plus du double. Le pourcentage chez les trentenaires est, lui, passé de 6,2% à 10,7%. La montée en puissance des jeunes remonte à mars 2020, au début du confinement, lorsque les Bourses se sont effondrées. Comme les autres catégories d'âge, les jeunes ont profité des cours très bas pour acheter.

Ces jeunes investisseurs ont un comportement différent de leurs aînés. Tout d'abord, ils ont tendance à conserver plus longtemps leurs actions. Les moins de 30 ans ont encore en portefeuille 50% des instruments achetés en 2020 tandis que ce pourcentage tombe à 30% pour les trentenaires et les quadragénaires.

Ensuite, les jeunes s'orientent davantage que leurs aînés vers les actions non européennes. Alors que les 60-69 ans n'investissent que 27,6 % de leur portefeuille dans des actions hors zone EU, les 18-29 ans sont à 49 %.

L'étude, citée dans Le Soir lundi, passe en revue toutes les transactions boursières réalisées entre janvier 2018 et fin décembre 2021 par des personnes physiques via des courtiers basés en Belgique (banques) et ce pour deux produits : les actions - qu'elles soient belges ou étrangères - et les ETF (ou trackers), c'est-à-dire des fonds d'investissement diversifiés cotés en Bourse. La FSMA observe qu'alors qu'ils ne pesaient encore que 4,5 % du total des investisseurs belges particuliers en 2018, les moins de 30 ans représentaient 9,9 % en 2021. Soit plus du double. Le pourcentage chez les trentenaires est, lui, passé de 6,2% à 10,7%. La montée en puissance des jeunes remonte à mars 2020, au début du confinement, lorsque les Bourses se sont effondrées. Comme les autres catégories d'âge, les jeunes ont profité des cours très bas pour acheter. Ces jeunes investisseurs ont un comportement différent de leurs aînés. Tout d'abord, ils ont tendance à conserver plus longtemps leurs actions. Les moins de 30 ans ont encore en portefeuille 50% des instruments achetés en 2020 tandis que ce pourcentage tombe à 30% pour les trentenaires et les quadragénaires. Ensuite, les jeunes s'orientent davantage que leurs aînés vers les actions non européennes. Alors que les 60-69 ans n'investissent que 27,6 % de leur portefeuille dans des actions hors zone EU, les 18-29 ans sont à 49 %.